Rechercher

Un homme abattu à Arraba et un jeune blessé par une balle perdue à Jisr az-Zarqa

Selon Abraham Initiatives, qui effectuent un suivi des violences au sein des communautés arabes, 91 Arabes ont trouvé la mort dans des circonstances criminelles cette année

Une ambulance du Magen David Adom (MDA) sur les lieux d'un meurtre présumé à Ramle, le 27 août 2022, dans lequel un homme de 40 ans a été tué. (Crédit : MDA)
Une ambulance du Magen David Adom (MDA) sur les lieux d'un meurtre présumé à Ramle, le 27 août 2022, dans lequel un homme de 40 ans a été tué. (Crédit : MDA)

Un homme a été abattu vendredi soir dans la ville arabe d’Arraba, dans le nord d’Israël. C’est le dernier incident violent en date enregistré dans la communauté arabe israélienne, qui subit le fléau de la criminalité depuis quelques années.

Les médias israéliens ont indiqué que la victime s’appelait Yosef Asalaa. Agé de 30 ans, son épouse venait de donner naissance à une petite fille.

Grièvement blessé par balle, Yosef Asalaa aurait rapidement succombé à ses blessures au centre hospitalier Baruch Padeh de Tibériade.

La police mène actuellement l’enquête.

Plusieurs pistes sont envisagées qui vont de l’accident au meurtre avec préméditation.

Par ailleurs, un adolescent de 14 ans a été grièvement blessé, vendredi soir, par une balle perdue dans la ville arabe de Jisr az-Zarqa, dans le nord d’Israël.

Selon les premières conclusions de l’enquête, ce décès serait lié à des hommes armés, dont l’identité n’est pas connue, venus venger la mort de Jalal Hamash, abattu dans la même ville la semaine dernière.

Ces hommes auraient ouvert le feu sur un bâtiment parce qu’ils pensaient que le tueur d’Amash s’était retranché à l’intérieur. C’est ainsi qu’ils auraient accidentellement blessé l’adolescent qui se trouvait à proximité.

Amash avait été tué dans une épicerie de Jisr az-Zarqa, au nord de Netanya.

Transporté d’urgence à l’hôpital Hillel Yaffe de Hadera dans un état grave, il avait succombé à ses blessures.

La police a jusqu’à présent interpellé 11 suspects qui sont soupçonnés d’avoir été impliqués dans la fusillade.

Jalal Amash, abattu à Jisr az-Zarqa le 10 octobre 2022. (Crédit : Réseaux sociaux, utilisés conformément à la clause 27a de la loi sur les droits d’auteur)

Les communautés arabes ont connu une recrudescence sensible des violences, ces dernières années, favorisées par l’essor du crime organisé et par la prolifération d’armes illégales.

Dimanche, une femme a été tuée dans la ville bédouine de Lakiya, dans le sud du pays.

Agée de 45 ans, Zinab Alsaana a été transportée d’urgence à l’hôpital Soroka de Beer Sheva après avoir reçu deux balles dans les jambes.

Elle n’a pas survécu à ses blessures.

Les premières informations relayées par les médias israéliens indiquent qu’Alsaana a été abattue à l’intérieur de son véhicule, aux côtés de son fils.

Il pourrait s’agir d’une tentative d’assassinat qui aurait pris pour cible le jeune homme, dont l’état de santé reste indéterminé.

Selon le groupe Abraham Initiatives, un groupe qui effectue un suivi des violences au sein de la communauté arabe, ce ne sont pas moins de 91 Arabes qui ont trouvé la mort dans des incidents liés au crime organisé en Israël depuis le début de cette année.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...