Rechercher

Un homme abattu dans sa voiture dans le nord du pays, à Jatt

Une enquête pour meurtre a été ouverte ; la violence dans les communautés arabes ne faiblit pas ; le même jour, un jeune a été grièvement blessé dans une fusillade à Umm al-Fahm

Le véhicule criblé de balles d'un homme tué par balle dans la ville de Jatt, dans le nord du pays, le 11 juin 2022 (Crédit: porte-parole de la police).
Le véhicule criblé de balles d'un homme tué par balle dans la ville de Jatt, dans le nord du pays, le 11 juin 2022 (Crédit: porte-parole de la police).

Un homme de 27 ans a été tué par balle alors qu’il se trouvait dans son véhicule dans la ville de Jatt, dans le nord du pays, samedi en fin de journée, ont indiqué la police et les secouristes.

Des inconnus ont ouvert le feu sur l’homme, identifié comme étant Taufik Ara, propriétaire d’un magasin de proximité de réparation de pneus, le blessant mortellement.

Les images publiées par la police montrent qu’au moins huit balles ont été tirées dans le pare-brise, côté conducteur.

Les secouristes qui ont répondu à l’incident ont tenté de le réanimer avant de l’emmener à l’hôpital Hillel Yaffe de Hadera, mais il a dû être déclaré mort à son arrivée.

La police a déclaré qu’elle avait ouvert une enquête pour meurtre et qu’elle recherchait les tireurs.

Les résidents locaux ont déclaré qu’Ara n’était pas impliqué dans des activités criminelles.

« Nous ne pouvons pas croire qu’il a été tué, il était l’un des meilleurs jeunes hommes du village », a déclaré un habitant au site d’information Ynet. « Le crime n’a pas de frontières, les criminels tuent qui ils veulent, y compris les innocents. »

Cet incident est la deuxième fusillade survenue samedi dans une ville arabe.

Plus tôt, un homme de 18 ans a été gravement blessé après s’être fait tirer dessus à Umm al-Fahm, dans le nord du pays.

Les ambulanciers ont emmené l’homme, habitant d’Umm al-Fahm, au centre hospitalier HaEmek à Afula.

La police a déclaré qu’elle effectuait des recherches dans la zone afin d’appréhender les assaillants et qu’elle avait recueilli des preuves médico-légales sur les lieux.

Les communautés arabes d’Israël ont connu une recrudescence de la violence ces dernières années, principalement, mais pas exclusivement, à cause du crime organisé. Les Arabes israéliens blâment la police, qui, selon eux, n’a pas réussi à sévir contre de puissantes organisations criminelles et qui détourne largement le regard face à ces violences – querelles familiales, guerres de territoire mafieuses et violence contre les femmes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...