Rechercher

Un homme arrêté après l’attaque au couteau manquée de vendredi près d’Ariel

L'armée a indiqué avoir arrêté deux hommes qui se trouvaient avec le terroriste présumé, qui a été abattu après tenté de poignarder des personnes attendant à un arrêt de bus

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

L’armée israélienne a annoncé avoir arrêté dimanche matin le deuxième complice présumé d’un Palestinien qui avait été abattu après une tentative d’attaque au couteau survenue aux abords de l’implantation d’Ariel vendredi

Le suspect a été appréhendé dimanche à l’aube, dans le village palestinien de Haris, dans le nord de la Cisjordanie, non loin de l’endroit où s’est produit l’attaque, a annoncé Tsahal.

Vendredi matin, l’attaquant palestinien — Amir Atef Rayan, 37 ans, de Qarawat Bani Hassan — sortait d’une voiture au carrefour de Gitai Avishar, aux abords d’Ariel, une implantation de Cisjordanie, armé d’un couteau. Il s’est approché d’un arrêt de bus où se tenaient des civils et des soldats.

Les soldats présents sur les lieux avaient ouvert le feu, blessant mortellement Rayan. La mort de ce dernier a été prononcée dans un hôpital voisin.

L’armée avait immédiatement lancé une chasse à l’homme pour retrouver les autres passagers de la voiture qui avaient amené Rayan à l’endroit de l’attaque terroriste présumée. Un suspect avait été arrêté vendredi après-midi.

Les forces israéliennes ont arrêté le deuxième homme cette nuit à Haris. Il s’agirait du conducteur de la voiture.

Un couteau qui aurait été utilisé lors d’une attaque manquée au carrefour de Gitai Avishar dans le nord de la Cisjordanie, le 31 décembre 2021. (Crédit : Armée israélienne)

Il n’y aurait plus de suspect en fuite, selon l’armée.

Ces dernières semaines ont été marquées par une recrudescence des violences commises par des Palestiniens contre des civils et des soldats israéliens en Cisjordanie et à Jérusalem, avec notamment des coups de feu meurtriers qui ont eu lieu, au début du mois, aux abords de l’avant-poste illégal de Homesh.

L’armée a déployé des soldats dans la zone pour tenter de prévenir d’autres attaques.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...