Un jeune Juif blessé près de Hawara, village ciblé par un crime de haine
Rechercher

Un jeune Juif blessé près de Hawara, village ciblé par un crime de haine

La police enquête sur des incidents dans le village de Hawara, en Cisjordanie, où une tombe palestinienne a été vandalisée et des voitures israéliennes prises pour cibles

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Une tombe du village de Hawara, dans le nord de la Cisjordanie, vandalisée par une étoile de Davis lors d'un crime de haine apparent, le 3 mai 2019 (Crédit : Yesh Din)
Une tombe du village de Hawara, dans le nord de la Cisjordanie, vandalisée par une étoile de Davis lors d'un crime de haine apparent, le 3 mai 2019 (Crédit : Yesh Din)

La police israélienne a enquêté vendredi sur une série d’incidents survenus à proximité du village de Hawara, en Cisjordanie, où des Palestiniens ont jeté des pierres sur un véhicule israélien, blessant un adolescent de 13 ans. Quelques heures auparavant, les habitants de ce village avaient découvert que les pneus de plusieurs de leurs voitures avaient été crevés et qu’une étoile de David avait été peinte à la bombe sur une tombe palestinienne.

Les services de secours du Magen David Adom ont évacué l’adolescent vers un hôpital voisin, blessé au visage par une pierre.

C’est le second incident impliquant des jets de pierres en deux jours aux abords du village, a déclaré une porte-parole du conseil régional de Samarie dont les résidents empruntent fréquemment la principale route, à Hawara, pour se rendre à Jérusalem et vers les villes du sud.

Jeudi, un résident de 23 ans de l’implantation d’Itamar, dans le nord de la Cisjordanie, avait été évacué vers un hôpital avoisinant avec des blessures légères.

Une voiture israélienne touchée par des pierres après avoir traversé le village de Hawara, en Cisjordanie, le 3 mai 2019 (Crédit : Conseil régional de Samarie)

Survenu entre les deux attaques aux jets de pierres, ce crime de haine a été marqué par plusieurs incidents de vandalisme : Les pneus de huit voitures ont ainsi été crevés, des phrases en hébreu ont été peintes au spray sur les murs extérieurs de plusieurs habitations et le cimetière situé au centre du village a été profané. Parmi les slogans découverts et peints sur les lieux, la phrase « gouvernement pourri, quand combattras-tu l’ennemi » – une indication apparente du mépris des activistes d’extrême-droite pour les politiques gouvernementales israéliennes mises en oeuvre contre les violences palestiniennes.

Des images capturées par les caméras de sécurité montrent au moins trois personnes vêtues de noir se dirigeant vers les véhicules stationnés au centre de Hawara et crevant lentement les pneus, un par un.

Les attaques dites du « prix à payer » – qui se limitent habituellement à des incendies et à des graffitis mais qui concernent parfois des agressions physiques qui ont pu aller jusqu’au meurtre – sont réalisées par les extrémistes juifs contre les non-Juifs et contre des cibles de l’armée israélienne, suite à des attentats terroristes ou à des décisions du gouvernement israélien désapprouvées par ces activistes.

Au mois de décembre, le bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires a diffusé un rapport montrant une hausse de
69 % des attaques de la part de militants du mouvement pro-implantation contre des Palestiniens en 2018, en comparaison avec 2017.

Au début de la semaine, le ministère de la Défense a donné son approbation à la construction d’une nouvelle route qui contournera Hawara, où des Israéliens ont été parfois pris pour cibles alors qu’ils attendaient dans la circulation.

La route qui s’étendra du carrefour de Tapuah au carrefour de Yitzhar passera à l’est de la Route 60, une artère nord-sud souvent embouteillée, et elle réduira les temps de transport des Israéliens qui vivent dans les implantations de Cisjordanie.

Une voiture dans le village de Hawara, au nord de la Cisjordanie, avec des pneus crevés et une étoile de David peinte au spray lors d’un apparent crime de haine, le 3 mai 2019 (Crédit : Yesh Din)

Le mois dernier, un Israélien qui traversait Hawara avait tué par balle un homme palestinien qui, selon l’armée, avait tenté de forcer sa voiture et de le poignarder ainsi que sa fille, assise à ce moment-là sur la siège arrière.

Cette route fait partie d’un plan plus large mis en avant par les leaders d’implantation auprès du ministère de la Défense pour la construction de routes de contournement à travers toute la Cisjordanie, qui faciliteront la circulation et limiteront les possibles frictions entre Israéliens et Palestiniens.

Les opposants à de telles routes affirment qu’elles serviront très largement la population des implantations et qu’elles sont utilisées comme outil pour élargir la présence israélienne au-delà de la Ligne verte. La route de Hawara, par exemple, sera construite sur des terres qui appartiennent à l’origine aux villages palestiniens de Hawara et de Beita, des terres qui avaient été saisies par l’armée israélienne pour des raisons sécuritaires.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...