Un leader du Jihad islamique incarcéré met fin à 89 jours de grève de la faim
Rechercher

Un leader du Jihad islamique incarcéré met fin à 89 jours de grève de la faim

Une organisation de défense des droits des prisonniers palestiniens indique que les autorités israéliennes ont accepté de libérer Tareq Qaadan en février prochain

Des combattants du groupe terroriste du Jihad islamique marchent durant un exercice militaire à proximité de la frontière avec Israël, à l'est de la ville de Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, le 27 mars 2018 (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)
Des combattants du groupe terroriste du Jihad islamique marchent durant un exercice militaire à proximité de la frontière avec Israël, à l'est de la ville de Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, le 27 mars 2018 (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

Tareq Qaadan, un des leaders de l’organisation terroriste du Jihad islamique, a suspendu sa grève de la faim dimanche après que les autorités israéliennes ont accepté de le libérer le 8 février prochain, a fait savoir un groupe défense des prisonniers palestiniens.

Les autorités ont accepté de ne pas renouveler l’injonction de détention administrative en cours contre Qaadan et de la réduire de six à quatre mois, a fait savoir dimanche le Club des prisonniers palestiniens sur sa page Facebook, ajoutant que sa grève de la faim avait duré 89 jours.

Les ordonnances de détention administrative permettent à Israël de détenir certains suspects pendant des mois sans charges contre eux.

Une porte-parole des Services pénitentiaires israéliens a confirmé que Qaadan avait mis un terme à sa grève de la faim, mais précisé que c’était le cas depuis le jeudi 17 octobre.

La porte-parole a redirigé toutes les autres questions concernant Qaadan vers l’armée et les services de sécurité du Shin Bet.

Le Shin Bet a ainsi indiqué que le détenu avait été interpelé en raison de ses « activités » au sein de l’organisation soutenue par l’Iran.

Le porte-parole du service de sécurité a indiqué ne pas savoir pour le moment si le détenu serait bien libéré le 8 février.

L’armée israélienne n’a pas encore répondu à la question.

Âgé de 46 ans, Qaadan est originaire d’Arraba, un village du nord-ouest de la Cisjordanie situé près de Jénine.

Il a été arrêté à plusieurs reprises par le passé, notamment en 2013 et 2017.

Le porte-parole du Shin Bet a fait savoir que l’interpellation de Qaadan en 2017 était également liée à ses « activités » au sein du Jihad islamique.

« Le Jihad islamique est une organisation terroriste, et toute action qu’elle met en œuvre est illégale », avait expliqué le porte-parole à l’époque.

Ce groupe terroriste parmi les plus puissants de la bande de Gaza a souvent félicité des Palestiniens pour avoir mené des attaques au couteau et à la voiture-bélier contre des Israéliens en Cisjordanie. Ses membres ont également ciblé Israël par des roquettes et des tirs sur des soldats israéliens.

Jamil Alyan, un responsable de l’organisation terroriste chargé des questions liées à la prison, a encensé Qaadan dimanche.

« Nous saluons la victoire que nous avons obtenue sur le geôlier israélien », a-t-il ainsi déclaré dans un communiqué publié sur le site du Jihad islamique. « Ce qu’il a obtenu est le fruit de sa patience et de son courage ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...