Un lobbyiste saoudien appelle à une “alliance” avec Israël
Rechercher

Un lobbyiste saoudien appelle à une “alliance” avec Israël

Pour Salman al-Ansari, les deux pays ne doivent pas rater “l’opportunité historique” d’établir des relations durables et de promouvoir la paix et la prospérité

Salman al-Ansari, président du nouveau Comité des affaires de relations publiques américano-saoudiennes de Washington D.C. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Salman al-Ansari, président du nouveau Comité des affaires de relations publiques américano-saoudiennes de Washington D.C. (Crédit : capture d'écran YouTube)

Un lobbyiste saoudien aux Etats-Unis a appelé à une « alliance » entre Ryad et Jérusalem, sur la base des intérêts régionaux et économiques, citant une « opportunité historique » pour une nouvelle ère de paix et de prospérité.

Salman al-Ansari, président du nouveau Comité des affaires de relations publiques américano-saoudiennes de Washington D.C., a écrit mardi dans The Hill qu’Israël avait une position unique pour aider ses voisins dans son développement économique ses prochaines années.

Israël, a-t-il noté, est « l’un des pays les plus sophistiqués dans la technologie de l’extraction », ainsi qu’un « leader mondial dans l’industrie de l’ingénierie de l’eau », autrement dit, deux domaines extrêmement intéressants pour le royaume arabe en développement.

Israël et l’Arabie saoudite n’ont pas de relations officielles. Cependant, des rumeurs font état depuis longtemps de discussions secrètes entre les deux pays sur les questions de sécurité régionale, et les discours de réchauffement des relations ont proliféré ces derniers mois.

La première motivation de ce dégel est sans doute la signature en 2015 de l’accord nucléaire entre l’Iran et les puissances mondiales, un accord qui préoccupe Ryad quant à sa position au Moyen Orient.

Al-Ansari a souligné que les deux pays partageaient des préoccupations sécuritaires, tous deux « affrontant des menaces constantes de groupes extrémistes qui sont directement soutenus par le gouvernement totalitaire de l’Iran. »

Salmane ben Abdelaziz Al Saoud, roi d'Arabie saoudite, était prince au moment de la photo, le 1er janvier 2013. (Crédit : AFP/Fayez Nureldine)
Salmane ben Abdelaziz Al Saoud, roi d’Arabie saoudite, était prince au moment de la photo, le 1er janvier 2013. (Crédit : AFP/Fayez Nureldine)

Israël et l’Arabie saoudite, a-t-il affirmé, pourraient être « les nouveaux piliers de la stabilité régionale », et pourraient ensemble participer à la promotion de la paix et du développement dans tout le Moyen Orient.

Il a appelé les dirigeants des deux parties à ne pas « étouffer » l’opportunité pour les deux pays de développer ces objectifs communs.

Ces derniers mois, plusieurs signes d’un changement de ton entre l’Arabie saoudite et Israël ont pu être observés.

Une campagne médiatique en Arabie saoudite cherchait à combattre en août l’antisémitisme au sein du royaume, une possible tentative de préparer l’opinion publique à des relations approfondies avec Israël.

L'ancien général, le Dr Anwar Eshki (au centre avec une cravate rayée), et d'autres membres de la délégation saoudienne  ont rencontré des députés et des responsables israéliens au cours d'une visite en Israël, le 22 juillet 2016. (Crédit : Twitter)
L’ancien général, le Dr Anwar Eshki (au centre avec une cravate rayée), et d’autres membres de la délégation saoudienne ont rencontré des députés et des responsables israéliens au cours d’une visite en Israël, le 22 juillet 2016. (Crédit : Twitter)

Fin juillet, un général saoudien à la retraite s’était rendu en Israël, à la tête d’une délégation d’universitaires et d’hommes d’affaires cherchant à encourager les discussions sur l’initiative de paix arabe, menée par l’Arabie saoudite.

Un ancien ministre israélien, qui a rencontré la délégation saoudienne, avait déclaré que la paix entre les deux pays était « dans les cartes ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...