Un mémorial grec de la Shoah vandalisé pour la 4e fois cette année
Rechercher

Un mémorial grec de la Shoah vandalisé pour la 4e fois cette année

L’ambassade israélienne de Grèce et le Congrès juif mondial ont condamné la croix gammée peinte

Une femme dépose une rose en signe de protestation contre la profanation d'un mémorial de la Shoah à Thessalonique, le 4 juillet 2018. (Crédit : AFP/Sakis Mitrolidis)
Une femme dépose une rose en signe de protestation contre la profanation d'un mémorial de la Shoah à Thessalonique, le 4 juillet 2018. (Crédit : AFP/Sakis Mitrolidis)

Le mémorial de la Shoah de Thessalonique, deuxième plus grande ville de Grèce, a été vandalisé pour la quatrième fois cette année. Une croix gammée a été peinte vendredi soir sur le monument dédié à la mémoire des milliers de juifs déportés par les nazis durant la Seconde Guerre mondiale.

Le monument avait été érigé en 2014 sur le site de l’Université d’Aristote pour montrer que l’établissement avait été construit sur un cimetière juif une fois qu’il eut été rasé par les nazis – un fait largement oublié par la plupart des Grecs aujourd’hui.

Le cimetière en question datait de l’ère romaine.

L’ambassade israélienne de Grèce a vivement condamné cet incident.

« Faire des juifs les boucs émissaires pour des événements dont ils ne sont absolument pas responsables est l’expression la plus crue de l’antisémitisme », indiquait un communiqué publié par l’ambassade.

« De tels incidents perpétrés par des groupes nationalistes doivent être condamnés par tous et les coupables traduits en justice. »

Le Congrès juif mondial a aussi condamné « sans équivoque la profanation honteuse et répétée du mémorial de l’Holocauste de Thessalonique. »

“Il est très préoccupant qu’un monument dédié à la mémoire des juifs qui ont péri dans l’Holocauste soit devenu la cible constante de ceux qui s’identifient aux idéaux de haine et d’antisémitisme”, a dénoncé le vice-président du Congrès juif Robert Singer.

“Nous sommes extrêmement préoccupés par la montée des actes antisémites envers les communautés juives de Grèce et d’ailleurs en Europe. Cette profanation,  qui fait écho aux profanations de cimetière qui ont eu lieu en Pologne et en France la semaine passée, doit fait figure de sonnette d’alarme pour tous ceux qui pensent que ces incidents sont isolés », a-t-il ajouté.

Les survivants de l’Holocauste Heinz Kunio (à gauche) et Zana Sadikario-Saatsoglou (au centre), devant le mémorial de l’Holocauste à Thessalonique, le 28 janvier 2018, lors d’une cérémonie commémorant la persécution du peuple juif pendant l’Holocauste (Crédit : AFP / SAKIS MITROLIDIS)

En juin, des vandales non identifiés avaient jeté de la peinture rouge sur le mémorial de Thessalonique situé dans le centre de la ville, juste après une manifestation nationaliste.

Un mois auparavant, des pierres tombales avaient été profanées dans le carré juif du cimetière d’Athènes.

Ces attaques ont été attribuées à des partisans d’extrême droite incluant les membres du parti néo-nazi Aube dorée.

Aube dorée remporte 6,28 % des voix aux législatives de 2015. Devenus la troisième force politique du pays, ils obtiennent 17 sièges au Parlement soit seulement un de moins par rapport aux législatives de 2012. Lors des élections législatives de septembre 2015, Aube dorée décroche 18 sièges (soit un de plus par rapport aux élections de janvier de la même année) avec un score de 6,99 %.

Après l’invasion de la Grèce en 1941 par l’Allemagne nazie, 50 000 juifs de Thessalonique avaient été déportés dans des camps d’extermination. A l’époque, la ville était l’un des principaux centres du judaïsme dans les Balkans.

L’antisémitisme demeure très vif en Grèce.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...