Stèles juives profanées en Alsace: Castaner évoque un groupuscule d’ultra-droite
Rechercher

Stèles juives profanées en Alsace: Castaner évoque un groupuscule d’ultra-droite

Pour l'heure, aucune interpellation n'a eu lieu ; La communauté juive "aime ce pays, elle le chérit, mais elle se pose des questions", a affirmé le grand rabbin du Bas-Rhin

Christophe Castaner, à l'Elysée le 21 mars 2018. (Crédit : AFP / LUDOVIC MARIN)
Christophe Castaner, à l'Elysée le 21 mars 2018. (Crédit : AFP / LUDOVIC MARIN)

La profanation en début de semaine d’un cimetière juif à Herrlisheim (Bas-Rhin) pourrait avoir été commise par un « groupuscule » d’ultra-droite qui n’a pas encore été identifié, a indiqué vendredi sur place le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner.

« On peut penser qu’il s’agit d’un groupuscule, pas identifié, qui a fait toute cette série de tags et cette profanation. Mais je laisse le soin aux enquêteurs de poursuivre. Sachez qu’ils sont mobilisés pour tâcher d’y mettre fin le plus vite possible », a dit M. Castaner, venu constater les dégradations.

M. Castaner a déploré la « banalisation » de ce genre de faits, « avec un mélange de tout, y compris les références au pacte de Marrakech » sur les migrations, et a dénoncé « cette folie-là qui fait qu’il y a des gens d’ultra-droite qui frappent partout dans notre pays, qui se greffent à des manifestations (…) pour aller casser ».

Au total, 37 stèles et le monument aux martyrs de la Shoah de ce cimetière juif, situé à une vingtaine de kilomètres au nord-est de Strasbourg, ont été recouverts de graffitis antisémites dans la nuit de lundi à mardi. Sur le mur d’enceinte, le ou les auteurs des faits ont notamment tracé une croix gammée et l’inscription « Macron = anti-france marraceck », a constaté une journaliste de l’AFP.

Pour l’heure, aucune interpellation n’a eu lieu dans cette affaire.

Venu à Herrlisheim en marge de sa visite à Strasbourg – où l’auteur de l’attentat au marché de Noël a été tué jeudi soir par la police -, le ministre de l’Intérieur a participé à un moment de recueillement avec des représentants de la communauté juive, des élus, le curé du village, et des habitants venus témoigner leur solidarité.

« Ce qui s’est passé montre comment nous aurons besoin de travailler sur la déradicalisation des esprits » car les radicalisations, « qu’elles soient islamiste ou d’ultra-droite comme ici, font très mal à ce que nous sommes, à ce vivre-ensemble respectueux », a dit M. Castaner.

Le grand rabbin du Bas-Rhin, Harold Weill, a par ailleurs rappelé au ministre que quelque 300 tombes profanées en février 2015 au cimetière juif de Sarre-Union, également dans le Bas-Rhin, n’avaient toujours pas été restaurées.

« On est très touchés par votre présence, surtout en ces temps particulièrement difficiles pour l’Alsace (…), mais on attend vraiment des gestes très, très forts ». La communauté juive « aime ce pays, elle le chérit, mais elle se pose des questions », a-t-il ajouté.

Des tombes profanées au cimetière de Sarre-Union (Crédit : Nathan Kretz/Times of Israel)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...