Un militant accuse un conseiller de Netanyahu d’inciter à la violence contre lui
Rechercher

Un militant accuse un conseiller de Netanyahu d’inciter à la violence contre lui

Gonen Ben Yitzhak porte plainte et affirme que des messages sur les pages Facebook et Twitter du Premier ministre lient sa photo à des menaces dont il n'est pas l'auteur

Topaz Luk, le conseiller en réseaux sociaux du Premier ministre Benjamin Netanyahu, arrive à la Knesset, le 15 septembre 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Topaz Luk, le conseiller en réseaux sociaux du Premier ministre Benjamin Netanyahu, arrive à la Knesset, le 15 septembre 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Un militant de premier plan anti-Benjamin Netanyahu a déposé jeudi une plainte à la police contre un conseiller du Premier ministre, affirmant que les messages publiés par les comptes de Netanyahu incitaient à s’en prendre à lui.

Gonen Ben Yitzhak, un avocat et un leader des manifestations anti-Netanyahu, a porté plainte contre Topaz Luk, le directeur des « nouveaux médias » du chef du gouvernement, a rapporté la Douzième chaîne.

Les messages en question ont été publiés par les comptes officiels Twitter et Facebook de Netanyahu mercredi. Ils comprenaient une photo de Ben Yitzhak ainsi que des commentaires sur deux menaces présumées à son encontre : l’arrestation d’un homme soupçonné de le menacer (et qui n’a rien à voir avec Ben Yitzhak) et un commentaire d’un compte Facebook qui menaçait le Premier ministre – un compte qui a depuis été supprimé par Facebook, ayant déterminé qu’il s’agissait d’un faux profil.

La menace, faisant référence à l’intéressé par son surnom, se lisait comme suit : « Bibi doit être abattu, uniquement par la force… Les dictateurs ne sont enlevés qu’avec une balle dans la tête ! ».

Gonen Ben Yitzhak est interpelé lors d’un rassemblement anti-Netanyahu à Jérusalem, le 14 juillet 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le compte Twitter de Netanyahu a publié une image de la menace à côté d’une image de Ben Yitzhak, et écrit : « Hier, la police a arrêté à côté du bureau du Premier ministre un homme qui a menacé de me tuer, et des couteaux ont été trouvés dans son véhicule. Aujourd’hui, je dépose une plainte auprès de la police contre la menace incitative qui est jointe ici et qui appelle à me tuer ».

Dans sa plainte, Ben Yitzhak a déclaré que puisque sa photo était incluse dans la publication, même s’il n’avait aucun lien avec les menaces, le « Premier ministre incite à s’en prendre à moi personnellement ». La raison de la présence de la photo de Ben Yitzhak n’est pas tout à fait claire, mais il semble qu’il s’agisse d’une capture d’écran, avec le faux commentaire Facebook publié en réponse à une vidéo de Ben Yitzhak.

« Il est clair pour tout le monde que quelqu’un a ‘conçu’ un message sur la page du Premier ministre, avec une photo de moi et une légende sur un homme armé pris avec un couteau près du bureau du Premier ministre », a dénoncé Ben Yitzhak à la Douzième chaîne. « Toute personne qui voit le tweet et ne comprend pas le lien entre les deux voit immédiatement ma photo, et c’est le Premier ministre qui incite à la violence contre ceux qui manifestent contre lui, de sorte qu’un ‘Yigal Amir’ déséquilibré va attraper l’un d’entre nous dans la rue et nous poignarder ».

Yigal Amir était un extrémiste de droite qui a assassiné l’ancien Premier ministre Yitzhak Rabin en 1995.

Ben Yitzhak a déclaré qu’il visait Luk dans sa plainte, et non Netanyahu, parce que « je ne crois pas que le Premier ministre soit celui qui ait décidé de mettre une cible sur ma tête. Je pense que ce sont les responsables des nouveaux médias qui ont fait cela et que ce sont eux qui doivent en porter la responsabilité ».

Le compte Facebook qui a émis la menace contre Netanyahu, sous le nom de Dana Ron, a été déterminé comme un faux jeudi et supprimé.

La cyber-division de la police israélienne dans l’unité de coordination des crimes spéciaux Lahav 433 a ouvert une enquête visant à découvrir qui était derrière le faux profil, lequel a été fermé par Facebook jeudi.

Un porte-parole de Netanyahu a nié certaines suggestions selon lesquelles le Premier ministre lui-même serait derrière le faux profil et la menace, qualifiant de telles affirmations de « stupides ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...