Plateau du Golan : Israël frappe une position du régime syrien
Rechercher

Plateau du Golan : Israël frappe une position du régime syrien

Un projectile a frappé le nord d’Israël lors du débordement apparent d’un féroce combat transfrontalier

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

La fumée monte sur le plateau du Golan, après deux tirs de mortiers venus de Syrie, déchirée par la guerre civile, le 28 avril 2015. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)
La fumée monte sur le plateau du Golan, après deux tirs de mortiers venus de Syrie, déchirée par la guerre civile, le 28 avril 2015. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)

L’armée israélienne a annoncé avoir frappé mercredi une position de l’armée syrienne sur le plateau du Golan en riposte à la chute d’un projectile du côté israélien de la ligne de démarcation.

L’armée israélienne a rapporté dans la matinée la chute d’une roquette sur la partie du Golan occupée et annexée par Israël. L’engin, probablement un tir perdu résultant des combats en Syrie, n’a pas fait de victime, a-t-elle précisé.

L’armée israélienne a répliqué en prenant pour cible une batterie d’artillerie du régime de Bachar al-Assad du côté syrien du plateau, a-t-elle dit.

Le projectile, comme c’est le cas d’un grand nombre d’entre eux qui émanent du pays déchiré par la guerre, semblait résulter d’un débordement accidentel et ne représenterait pas une attaque visant Israël, ont annoncé les forces armées israéliennes dans un communiqué.

L’Observatoire syrien de l’Organisation des Droits de l’Homme (OSDH) a rapporté que se tenaient des affrontements entre le régime syrien et les forces rebelles affiliées à l’état islamique à proximité de la frontière, dont des bombardements d’artillerie.

Selon le groupe, des combats enragés ont éclaté dans la ville de Qouneitra et dans la ville de Beit Jinn, située à 10 kilomètres de la frontière avec Israël.

A Beit Jinn, les forces du régime de Bashar el-Assad ont procédé à d’”intenses” pilonnages contre les rebelles, selon l’Observatoire syrien. Elles seraient donc responsables de l’obus qui a frappé le territoire israélien.

Après des cas répétés de débordements accidentels qui ont touché le territoire israélien au mois de septembre, les combats en Syrie ont depuis largement eu lieu de l’autre côté de la frontière.

Dans de nombreux cas — mais pas tous — Tsahal a riposté aux frappes de missiles égarés sur le territoire israélien.

Israël a indiqué que le pays ne tolérerait pas le débordement de tels projectiles et tient le régime syrien pour responsable de tout tir perdu, indépendamment de son origine. L’armée a toutefois attesté qu’elle « n’hésitera pas à agir contre les forces d’opposition en Syrie ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...