Un officier militaire emprisonné pour des tirs d’artillerie accidentels à Gaza
Rechercher

Un officier militaire emprisonné pour des tirs d’artillerie accidentels à Gaza

Deux autres commandants d’artillerie ont été condamnés à 14 jours de prison avec sursis pour avoir tiré un obus réel ; les troupes ignoraient qu’il s’agissait d’un exercice

File : Un char israélien prend position à la frontière de la bande de Gaza, le 27 octobre 2018. (AP / Tsafrir Abayov)
File : Un char israélien prend position à la frontière de la bande de Gaza, le 27 octobre 2018. (AP / Tsafrir Abayov)

L’armée a prononcé jeudi de brèves peines de prison à l’encontre de plusieurs commandants d’artillerie, après qu’un char a accidentellement tiré un obus réel sur la bande de Gaza au début du mois.

Une enquête militaire a révélé que les soldats stationnés dans le char pensaient à tort qu’il ne s’agissait pas d’un exercice mais d’une situation réelle, ce qui les a conduits à tirer l’obus.

Le tir erroné s’est produit le 14 décembre lors d’un exercice dans la zone. L’obus tiré par le char a frappé un bâtiment abandonné de ce territoire palestinien ; aucun blessé n’a été signalé. L’armée israélienne avait alors déclaré que l’incident faisait l’objet d’une enquête.

« L’enquête a déterminé qu’il s’agissait d’un incident grave et a soulevé un certain nombre de défaillances, d’incidents et de fautes dans la conduite des commandants et sur les questions sécuritaires », indique un communiqué de Tsahal. « Les conclusions de l’enquête ont révélé que les commandants n’avaient pas agi conformément aux procédures requises avant et pendant l’exercice, ce qui a conduit à la mauvaise compréhension des soldats, lesquels pensaient qu’il s’agissait d’une situation réelle. »

Tsahal a déclaré que le commandant du peloton de chars avait été condamné à sept jours de prison militaire, invoquant des défaillances dans sa conduite et les procédures de sécurité.

Le commandant de la compagnie et son adjoint ont été condamnés à 14 jours de prison avec sursis pour leur « responsabilité globale de l’incident », selon le communiqué.

L’incident est survenu plusieurs semaines après qu’un char a tiré sans autorisation sur un poste d’observation du Hamas le long de la frontière de Gaza, après que des terroristes palestiniens aient tiré une roquette sur le sud d’Israël. L’armée a attribué cet incident du 21 novembre à un « malentendu ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...