Rechercher

Un Palestinien ayant tué une jeune britannique en 2017 retrouvé mort dans sa cellule

Jamil Tamimi, qui a poignardé Hannah Bladon, étudiante, dans le tramway, est mort de causes inconnues à la prison de Nitzan ; l'administration pénitentiaire va enquêter

Jamil Tamimi, l'homme palestinien qui a assassiné l'étudiante britannique Hannah Bladon le 14 avril 2017 à Jérusalem, est amené pour une audience au tribunal de district de Jérusalem, le 31 décembre 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)
Jamil Tamimi, l'homme palestinien qui a assassiné l'étudiante britannique Hannah Bladon le 14 avril 2017 à Jérusalem, est amené pour une audience au tribunal de district de Jérusalem, le 31 décembre 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)

Un Palestinien condamné pour le meurtre d’une étudiante britannique lors d’une attaque dans le tramway de Jérusalem en 2017, a été retrouvé mort dans sa cellule de prison mercredi, ont indiqué des responsables.

Jamil Tamimi, 63 ans, a été trouvé par un gardien de prison allongé sur le sol de sa cellule à la prison de Nitzan, inconscient et sans pouls, a indiqué le service pénitentiaire israélien dans un communiqué.

« Le gardien a appelé un ambulancier et un médecin, qui ont commencé les opérations de réanimation, et appelé une ambulance. Le décès du prisonnier a été constaté sur place », peut-on lire dans le communiqué.

La famille de Tamimi, originaire de Jérusalem-Est, a été informée de sa mort.

La prison a déclaré qu’elle allait enquêter sur les circonstances.

En avril 2017, Tamimi a tué Hannah Bladon, 20 ans, une étudiante de l’Université de Birmingham qui suivait un programme d’études à l’Université hébraïque, alors qu’elle prenait le tramway de Jérusalem dans la capitale.

Tamimi a été jugé apte à être jugé malgré ses antécédents de problèmes mentaux, qui incluent un traitement à l’institut de Kfar Shaul et une précédente tentative de suicide.

Hannah Bladon, étudiante britannique de 21 ans qui a été poignardée à mort par un terroriste palestinien à Jérusalem, le 14 avril 2017. (Crédit : UK Foreign and Commonwealth Office)

Après un accord de négociation de peine, Tamimi aurait purgé 18 ans de prison, au lieu d’une peine de prison à vie, tout en admettant sa culpabilité et en étant dispensé de verser une compensation financière à la famille de Bladon.

Tamimi, originaire du quartier de Ras al-Amoud à Jérusalem-Est, a appelé ses fils le jour de l’attaque et a cherché à leur rendre visite au domicile familial après avoir quitté l’institut, mais sa famille l’a rejeté et a refusé tout contact avec lui, en partie parce qu’il avait été condamné pour avoir abusé sexuellement de sa fille.

C’est à ce moment-là qu’il aurait décidé de commettre un attentat à l’arme blanche.

Après être monté dans le tramway, Tamimi a repéré Bladon, qu’il a choisie comme victime parce qu’elle semblait être une cible facile, selon l’acte d’accusation.

Lorsqu’elle avait le dos tourné, Tamimi a bondi sur elle et l’a poignardée à sept reprises. Bladon a réussi à se libérer de son agresseur, mais s’est effondrée dans le wagon de tram.

En l’espace de quelques secondes, Tamimi a été maîtrisé au sol par un policier qui n’était pas en service et un autre passager du train.

La police sur les lieux où une jeune femme britannique a été tuée lors d’une attaque à l’arme blanche dans le tramway de Jérusalem, le 14 avril 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Malgré les tentatives pour la sauver, Bladon a succombé à ses blessures une heure plus tard à l’hôpital Hadassah de Jérusalem, au mont Scopus.

Après l’attaque, Tamimi a déclaré aux enquêteurs qu’il avait attaqué Bladon parce qu’il voulait mourir et espérait que le soldat qui se tenait à côté d’elle dans le train le tuerait.

Bladon étudiait la religion, la théologie et l’archéologie à l’Université de Birmingham depuis 2015. Dans le cadre de ses études, elle a commencé un programme à l’Université hébraïque de Jérusalem en janvier 2017, qu’elle devait terminer en septembre de la même année.

Sa famille a déclaré qu’elle revenait d’une fouille archéologique lorsqu’elle a été tuée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...