Un Palestinien soupçonné d’une attaque à Efrat en 2016 arrêté par le Shin Bet
Rechercher

Un Palestinien soupçonné d’une attaque à Efrat en 2016 arrêté par le Shin Bet

Selon le service de sécurité, l'homme de 27 ans, affilié au Hamas, avait poignardé un habitant de l'implantation par derrière ; la victime blessée l'avait fait fuir

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Illustration : Un nouveau quartier dans l'implantation juive d'Efrat en Cisjordanie, le 26 janvier 2017. (Gershon Elinson/Flash90)
Illustration : Un nouveau quartier dans l'implantation juive d'Efrat en Cisjordanie, le 26 janvier 2017. (Gershon Elinson/Flash90)

Le service de sécurité du Shin Bet a annoncé lundi l’arrestation d’un Palestinien soupçonné d’avoir commis une attaque au couteau qui avait modérément blessé un homme dans l’implantation d’Efrat, au sud de Jérusalem, il y a un peu plus de deux ans.

Ayman Muhammad Ali Fughara, 27 ans, originaire du village voisin de Jorat al-Shama, a été appréhendé le mois dernier, a ajouté le Shin Bet, qui a noté que le suspect entretenait des liens avec le groupe terroriste du Hamas.

Utilisant une arme blanche qu’il avait achetée en vue de commettre cet attentat survenu au mois de décembre 2016, le service de sécurité a expliqué que Fughara s’était approché par derrière de Rafi Lisker, un quinquagénaire d’Efrat, le poignardant à quatre reprises. Lisker se promenait, cette soirée-là, en compagnie de son épouse, qui était parvenue à fuir vers une habitation de l’autre côté de la rue pour demander de l’aide.

Lisker avait réussi à repousser son agresseur et s’était mis à hurler « terroriste ». Les cris avaient poussé Fughara à fuir et à rester en cavale jusqu’à son arrestation, au mois de février.

Les conclusions de l’enquête ont été transférées à l’avocat-général militaire de l’armée israélienne qui prononcera l’inculpation de Fughara.

Répondant à la nouvelle de l’arrestation, le conseil local d’Efrat a remercié le Shin Bet de « ne pas avoir abandonné » ses recherches. Le maire de la ville, Oded Revivi, a également rendu hommage à Lisker pour son opposition face au terroriste – alors qu’il avait été poignardé – permettant peut-être de sauver des vies.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...