Un Palestinien tué par les soldats israéliens dans le centre de Gaza
Rechercher

Un Palestinien tué par les soldats israéliens dans le centre de Gaza

L'armée a expliqué que les soldats avaient ouvert le feu sur des Palestiniens qui endommageaient la clôture de sécurité, dans un contexte de négociation de trêve

Photo d'illustration : Un Palestinien utilise une fronde pour jeter des pierres lors d'un affrontement près de la frontière avec Israël, sur une plage, à Beit Lahia, dans le nord de la bande de Gaza, le 28 octobre 2018 (Crédit :Mahmud Hams/AFP)
Photo d'illustration : Un Palestinien utilise une fronde pour jeter des pierres lors d'un affrontement près de la frontière avec Israël, sur une plage, à Beit Lahia, dans le nord de la bande de Gaza, le 28 octobre 2018 (Crédit :Mahmud Hams/AFP)

Un Palestinien a été tué par balles jeudi dans le sud de la bande de Gaza par les soldats israéliens, a fait savoir le ministère de la Santé du Hamas au sein de l’enclave côtière.

Un porte-parole du ministère a expliqué que l’homme, qui n’a pas été identifié, avait été tué par les forces israéliennes durant des affrontements survenus à l’est de Deir al-Balah, dans le centre de Gaza.

L’armée israélienne a noté qu’un groupe de Palestiniens s’était approché de la clôture frontalière puis qu’ils l’avaient endommagé avant que les soldats n’ouvrent le feu « conformément aux règles de l’engagement ».

L’homme serait le premier Palestinien à avoir été tué par les soldats depuis dix jours à Gaza, alors que l’Etat juif et le Hamas négocient une trêve par le biais de médiateurs égyptiens.

Cet incident est survenu alors que le ministère de la Santé, dirigé par le Hamas, a fait savoir qu’un Palestinien qui avait été blessé le mois dernier durant un mouvement de protestation sur la frontière entre Israël et Gaza a succombé à ses blessures.

Ahmad al-Najar, 21 ans, avait été touché par les tirs israéliens à l’est de Khan Younis et il avait été transféré en Cisjordanie pour y être soigné, a précisé un porte-parole du ministère de la Santé dans un communiqué.

Il est mort mercredi, a ajouté le porte-parole.

Les Palestiniens réagissent aux gaz lacrymogènes lancés par les soldats israéliens au cours d’affrontements survenus à l’est de Gaza City, près de la frontière entre Gaza et Israël, le 2 novembre 2018 (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

Plus de 160 Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens depuis le début des échauffourées hebdomadaires sur la frontière au mois de mars, selon les chiffres, notamment un certain nombre de personnes qui avaient traversé la clôture vers Israël. Des dizaines de victimes appartenaient au Hamas. Un soldat israélien a été tué par un sniper palestinien.

Il y a eu ces derniers jours des progrès vers la conclusion d’un accord qui déterminerait l’arrêt des affrontements de la part des dirigeants du Hamas, à Gaza, en échange d’un allègement des restrictions israéliennes sur l’enclave côtière qui, selon Israël, sont nécessaires pour empêcher le trafic d’armes.

L’Etat juif accuse le Hamas de fomenter les violences sur la frontière, qui ont compris des jets d’explosifs sur les soldats israéliens, des tentatives d’ouvrir des brèches dans la clôture et le lancement de dispositifs incendiaires sur le territoire israélien.

Le Hamas, un groupe terroriste islamiste qui cherche à détruire Israël, a pris le contrôle de Gaza depuis qu’il a renversé lors d’un coup d’Etat l’Autorité palestinienne, dominée par le Fatah, en 2007.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...