Un poète et une chanteuse récompensés par l’Autorité de la culture yiddish
Rechercher

Un poète et une chanteuse récompensés par l’Autorité de la culture yiddish

Le président israélien a rendu hommage à Reuven RivlinMoshe Sachar et Chava Alberstein

Le président Reuven Rivlin à un évènement sur la langue et la culture yiddish, le 20 novembre 2018. (Crédit : Mark Neiman/GPo)
Le président Reuven Rivlin à un évènement sur la langue et la culture yiddish, le 20 novembre 2018. (Crédit : Mark Neiman/GPo)

Le président Reuven  Rivlin a pris la parole mardi soir à la résidence présidentielle, lors d’un événement célébrant la langue et la culture yiddish.

L’Autorité nationale pour la culture yiddish a décerné à Moshe Sachar le prix de Reconnaissance 2018 pour ses œuvres en yiddish et ses traductions en hébreu qui ont contribué à la préservation de la langue et de la culture yiddish.

La chanteuse Chava Alberstein a également reçu un prix pour l’ensemble de sa carrière.

« Je suis ému par le prix décerné à celle que je considère comme la première dame de la chanson israélienne, en hébreu et en yiddish, Chava Alberstein. Elle sait nous prendre par la main et à tout âge, et nous conduire vers le passé, le présent et l’avenir. Vers nos rêves et les profondeurs de nos âmes. »

Selon le comité du prix, « le prix est décerné à Chava Alberstein pour récompenser son impressionnant éventail de talents d’auteur-compositeur, de parolière et de chanteuse à la voix agréable et au vaste répertoire qui enrichit la vie culturelle d’Israël depuis plus de quarante ans, pour son interprétation et son amour du chant yiddish et pour son travail unique dans la préservation et le renouveau de la musique yiddish dans le cadre du patrimoine culturel d’Israël et du peuple juif « . Après avoir reçu le prix, Alberstein a chanté deux chansons, « Bokserboim » et « Oyfn Pripetshik ».

Le président Reuven Rivlin et son épouse Nechama, avec la chanteuse yiddish Chava Halberstam, un évènement sur la langue et la culture yiddish, le 20 novembre 2018. (Crédit : Mark Neiman/GPo)

Le président a félicité les lauréats et a déclaré : « Permettez-moi de dire quelques mots aux lauréats du prix de Reconnaissance 2018. J’ai le grand honneur d’être ici pour le prix remis à Moshe Sachar, le père et créateur de certaines des pierres angulaires de notre culture et grâce à qui SY Agnon, Haim Guri et autres ont été publiés en yiddish. Mais avec votre permission, je suis encore plus ému par le prix décerné à celle que je considère comme la première dame de la chanson israélienne, en hébreu et en yiddish, Chava Alberstein. Elle sait nous prendre par la main et à tout âge, et nous conduire vers le passé, le présent et l’avenir. Vers nos rêves et les profondeurs de nos âmes. Chère Chava, votre tournée actuelle avec Shlomi Shaban qui attire d’énormes foules est la plus belle preuve que le talent ne connaît pas de date d’expiration, n’a pas d’âge et va au-delà des langues. Il n’y a que de l’amour dans votre voix, vos paroles et votre musique. »

Le président a ajouté :  » On parlait yiddish chez mes parents. Et je le comprends – pas seulement la langue, mais sa culture, sa mélodie, son esprit. Le sens de l’humour avec lequel nous avons grandi s’inspire de la créativité, du rire, de la morsure et de la précision de Shalom Aleichem. La richesse des images avec lesquelles nous avons grandi provient d’Isaac Bashevis Singer et de Mendele Mocher Sefarim. Je comprends le yiddish. Mais j’ai répondu en hébreu, parce que l’hébreu est la langue de ma vie quotidienne. Je n’ai jamais rêvé en yiddish, mais c’est la langue du fond de mon âme et c’est la langue qui vient du fond de nous-mêmes. Nos enfants et petits-enfants ne peuvent pas croire que le yiddish est notre langue la plus profonde, d’où que viennent leurs parents. Mais ils ont grandi sur des chansons et des histoires qui, même si elles sonnent comme si elles avaient été écrites en hébreu, nous savons que leur mélodie intérieure est la merveilleuse et originelle langue yiddish. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...