Rechercher

Le conducteur qui a tué un policier volontaire reste en détention

Amichai Carmely, 46 ans, père de 2 enfants, a été tué à Rishon Lezion ; le rapport de police a indiqué que le conducteur avait bu, 4 personnes ont été arrêtées

Amichai Carmely. (Crédit : Autorisation)
Amichai Carmely. (Crédit : Autorisation)

La détention provisoire d’un homme soupçonné d’avoir tué un policier bénévole au cours d’un accident de la circulation survenu alors qu’il était en état d’ivresse a été prolongée de cinq jours.

Un policier bénévole a été tué tôt samedi matin, fauché par un véhicule à un barrage routier qui avait été mis en place pour contrôler le taux d’alcoolémie des conducteurs dans la ville centrale de Rishon Lezion.

Amichai Carmely, 46 ans, avait été déclaré mort sur place par les secouristes. Il habitait Rishon Lezion et il laisse derrière lui sa femme et ses deux enfants âgés de 19 et 16 ans.

Deux officiers de police avaient été légèrement blessés et un passager du véhicule avait été modérément touché. Les deux officiers volontaires blessés ont pu quitter l’hôpital samedi après-midi.

Les quatre passagers qui se trouvaient avec l’homme dans la voiture au moment de l’accident resteront en détention jusqu’à mardi.

L’individu qui se trouvait au volant est dorénavant soupçonné de meurtre, de conduite sous l’emprise de l’alcool, de désobéissance à un agent de police et il aurait, de surcroît, brûlé un feu rouge. Alors que les occupants du véhicule ne font pas pour leur part l’objet d’une enquête pour meurtre, les raisons exactes du prolongement de leur détention restent indéterminées pour le moment.

La cour a entendu les suspects, qui sont des habitants de la ville bédouine de Rahat, dans le sud du pays. Ils ont déclaré avoir passé la soirée dans une salle de spectacle de Rishon Lezion.

La police a déclaré devant la cour des magistrats qu’aux environs de 4h du matin, « un certain nombre de personnes étaient à l’extérieur de leurs véhicules – elles dansaient sur la route et elles mettaient en danger les autres usagers ».

La scène où un officier de police bénévole a été tué lorsqu’un conducteur a franchi le contrôle de police, le 11 juin 2022. (Crédit : Magen David Adom)

Selon la Douzième chaîne, les forces de l’ordre ont indiqué que les agents avaient cherché à procéder à des arrestations à ce moment-là mais que les suspects avaient pris la fuite.

C’est alors, selon la police, qu’une course-poursuite a commencé, le véhicule incriminé entrant dans un taxi avant que le groupe ne prenne la fuite vers l’interchangeur de Beit Dagan, le long de Derech Hamaccabim où les agents bénévoles avaient dressé un checkpoint pour arrêter les conducteurs en état d’ivresse.

Il y avait un certain nombre de voitures stationnées au checkpoint et le conducteur ne s’est pas arrêté, comme il lui avait été ordonné de le faire, essayant de contourner le barrage routier.

La voiture a fait un tête à queue et est entrée dans un certain nombre de véhicules, tuant Carmely et blessant deux autres bénévoles.

Un témoin oculaire a déclaré que le véhicule zigzaguait à l’approche du barrage, et que le conducteur avait semblé perdre le contrôle de la voiture .

« Le véhicule a fait une course folle et a projeté en l’air deux véhicules qui étaient stationnés au checkpoint« , a déclaré le témoin à la Douzième chaîne.

L’avocat défendant le conducteur présumé a pour sa part affirmé devant les caméras de la Douzième chaîne que son client n’était pas au volant du véhicule impliqué dans l’accident.

« Mon client n’est lié en rien à cet incident. Il a dit et répété pendant son interrogatoire qu’il ne conduisait pas le véhicule qui a pris part à la course-poursuite et qui a été à l’origine de l’accident, il a dit et répété qu’il ne se trouvait même pas dans la voiture », a dit Levy.

La scène où un policier volontaire a été tué lorsqu’un conducteur a foncé en voiture dans un contrôle de police, le 11 juin 2022. (Crédit : Police israélienne)

« Quand l’accident a eu lieu, il est sorti du véhicule qu’il conduisait parce qu’il voulait s’assurer que ses amis, qui étaient dans l’accident, allaient bien. La police l’a vu, elle s’est immédiatement saisie de lui et elle l’a arrêté », a ajouté Levy. « Même si mon client dansait sur la route auparavant, cela ne signifie pas qu’il a été le responsable de ce qui s’est passé. »

Avant l’audience, la police a annoncé qu’une unité spéciale de lutte contre la criminalité avait été chargée d’enquêter sur l’incident.

Quatre des suspects – notamment le conducteur présumé – ont été arrêtés sur les lieux. Un cinquième a pris la fuite mais a été ultérieurement appréhendé à l’hôpital, où il s’était rendu pour des blessures contractées, avait-il dit, en tombant d’un escalier.

Ynet a fait savoir que la police tentait de déterminer si les passagers du véhicule avaient encouragé le conducteur à prendre la fuite ou si, au contraire, ils avaient tenté de l’arrêter.

La fils du défunt, Sagi Carmely, 16 ans, a rendu un dernier hommage à son père devant les caméras de la Douzième chaîne : « Papa – comment pouvons-nous écrire ou parler de toi au passé ? Je ne sais pas quoi dire ou faire ni comment me comporter, mais je vais quand même essayer parce que tu m’as toujours dit que si je n’essaie pas, je ne saurais pas. »

Dans un communiqué, la police israélienne a déclaré que Carmely était un « bon bénévole d’élite » qui travaillait au poste de contrôle d’alcoolémie dans la nuit de vendredi à samedi dans l’espoir de sauver la vie de jeunes gens et leur permettre de rentrer sains et saufs chez leurs parents.

La police a déclaré que Carmely était bénévole depuis plus de 15 ans et que son grand-père était un officier de police qui a également été tué dans l’exercice de ses fonctions – Moshe Carmely a été tué par une grenade à Gaza durant la guerre de Kippour en 1973.

Le chef de l’unité de circulation de la police israélienne, Yehuda Ben-Atar, a fait l’éloge de Carmely, « professionnel et courageux, il était quelqu’un de bien ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...