Un prédicateur au mont du Temple : les Juifs font le pain de Pessah avec du sang d’enfants
Rechercher

Un prédicateur au mont du Temple : les Juifs font le pain de Pessah avec du sang d’enfants

Selon un cheikh salarié du Waqf (autorité religieuse de l'AP), les Juifs adorent Satan, ont fomenté les attaques du 11 septembre et ont été tués par les nazis parce qu'ils avaient enlevé des enfants pour faire de la matsa

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Les Juifs font la pâque avec du sang d'enfants, affirme ce prédicateur du Mont du Temple
Les Juifs font la pâque avec du sang d'enfants, affirme ce prédicateur du Mont du Temple

Un prédicateur islamique du mont du Temple, à Jérusalem, a affirmé devant les fidèles que les nazis ont brûlé les Juifs d’Europe lors de la Shoah parce qu’ils kidnappaient les enfants pour utiliser leur sang dans la matsa de la Pâque. Et d’ajouter que les Juifs vénèrent Satan, ont fomenté les attaques du 11 septembre 2001 et contrôlent les francs-maçons qui sacrifient leurs femmes et enfants dans des cérémonies secrètes.

Une traduction en anglais du sermon, capturé sur vidéo, a été fournie lundi par Palestinian Media Watch, une organisation non gouvernementale de surveillance des médias.

Le Centre Simon Wiesenthal a envoyé une lettre au roi Abdallah de Jordanie et au président de l’Autorité palestinienne (AP), Mahmoud Abbas, les exhortant à « prendre immédiatement des mesures contre cheikh Khaled al-Mughrabi, enseignant religieux à la mosquée Al-Aqsa, salarié du Waqf [autorité religieuse de l’AP], qui utilise son cours pour promouvoir l’infâme diffamation du sang qui ‘explique’ pourquoi la Shoah a eu lieu. La ‘diffamation du sang’ est une fable chrétienne médiévale qui accuse les Juifs d’utiliser le sang des enfants pour faire la matsa de Pâque », a indiqué le centre dans un communiqué envoyé à la presse.

« Le mont du Temple est un site d’importance religieuse ultime pour le judaïsme, vénéré aussi par le christianisme et l’islam. Il devrait être un lieu qui favorise la paix, la tolérance et la compréhension mutuelle. Cependant, la mosquée Al Aqsa a été utilisée pour répéter des mensonges horribles et légitimer le génocide. S’il reste incontesté, le ‘sermon’ du cheikh ne fera que reproduire plus de haine et de violence », peut-on lire dans la lettre adressée à Abdallah et Abbas.

Pendant le sermon, Al-Mughrabi déclare : « A la fête de la Pâque, il leur est interdit de manger du pain normal. Ces matsas ​​[pain azyme de la Pâque] n’étaient pas pétries normalement, mais plutôt avec le sang des enfants. En fin de compte, ils en sont arrivés à être brûlés en Allemagne, à cause de ces choses, parce qu’ils ont enlevé de jeunes enfants. »

Dans la vidéo, Al-Mughrabi, qui donne un cours deux fois par semaine à la mosquée de Jérusalem, commence par expliquer que parmi les multiples dieux que les Juifs adorent, Satan se classe au-dessus du Dieu musulman Allah.

« Ils ont de plus petits dieux, de un à neuf, et ils ont des dieux qui sont plus forts qu’Allah, de 11 à 34. Le Diable ou Satan est le numéro 11 chez eux. Si vous regardez l’histoire, mes frères, vous verrez que le numéro 11 est saint pour les Juifs, et 666 est également un nombre saint, trois fois six signifie le Diable. »

« Tout ce qu’ils souhaitent produire, ce qu’ils veulent accomplir et réussir, ils essaient de le réaliser le 11 du mois… Par conséquent, remarquez bien les attaques contre l’Amérique [du 11/9/2001]. Quand ont-elles eu lieu ? Le 11 du mois. Pourquoi ? Qui en était responsable ?… C’est connu que les Juifs en sont les responsables. »

Al-Mughrabi explique ensuite que l’industrie cinématographique américaine – « détenue par les enfants d’Israël » – défend à travers des films de vampires que boire le sang humain donne la vie éternelle. C’est à cause de cette croyance en la puissance du sang que les Juifs utilisent le sang des enfants pour leur pain de la Pâque, prétend-il.

« Les Enfants d’Israël avaient la fête de Pessah, qui est aujourd’hui appelée la Pâque. A chaque fête, chaque groupe cherchait un petit enfant, le kidnappait et le volait, apportait un baril appelé le baril de clous… Ils mettaient le petit enfant dans le baril et son corps était percé par ces clous. Au fond du baril, ils mettaient un robinet et versaient le sang… Le Diable ou l’un des grands dieux l’exigeait d’eux comme condition pour réaliser leurs désirs, manger du pain [matsa] pétri avec le sang d’enfants. »

« Lorsque ces histoires ont été mises au jour, les enfants d’Israël ont été expulsés de toute l’Europe et la tragédie des enfants d’Israël a commencé dans toute l’Europe. »

Le cheikh informe ensuite que la preuve de ses allégations peut se trouver facilement sur Internet avec une simple recherche Google.

« Même s’il y a un silence médiatique à leur sujet, elles sont sur Internet. »

Les francs-maçons, poursuit-il, sont des « rassemblements de sorcellerie des enfants d’Israël ».

« Lors des cérémonies, par exemple si quelqu’un veut être accepté comme nouveau membre, ou monter en grade… il doit apporter en quelque sorte l’un de ses fils ou filles, ou sa femme ou l’un de ses proches, mâle ou femelle, les mettre sur la table et les abattre de ses propres mains comme un sacrifice à Satan, afin de gravir des échelons dans la franc-maçonnerie. Mes frères, cela existe jusqu’à aujourd’hui. »

Le mythe de la matsa cuite dans du sang, connu comme « la diffamation du sang », remonte au Moyen Âge en Europe, et fut souvent utilisé comme prétexte pour commettre des atrocités contre les communautés juives.

Ce mensonge prévaut encore dans certaines parties du monde arabe et est parfois cité par des responsables et des personnalités publiques.

En septembre 2014, cheikh Abd Al-Munim Abou Zant, un ancien député jordanien, a relancé la diffamation du sang dans une interview avec Al-Aqsa TV.

« Pendant leurs fêtes religieuses, s’ils ne peuvent pas trouver de musulman à abattre, et utiliser des gouttes de son sang pour pétrir les matsot qu’ils mangent, ils abattent un chrétien afin de prendre des gouttes de son sang, et le mélanger dans les matsot qu’ils consomment ce jour de fête », a déclaré Abou Zant.

En juillet 2014, le porte-parole du Djihad islamique palestinien, Daoud Shihad, a affirmé que les rabbins israéliens ont dit aux soldats de Tsahal de pétrir le sang des Arabes dans leur pâte.

« Israël vise les Palestiniens… Je voudrais juste vous rappeler la décision des rabbins israéliens, qui ont ordonné aux soldats de pétrir la [pâte pour] le pain que les juifs mangent avec le sang des enfants palestiniens et arabes », a déclaré Shihad lors d’une interview sur Mayadeen TV (Liban), rapportée par l’Institut de Recherche Médiatique du Moyen-Orient [MEMRI] basé à Washington.

Un an plus tôt, en mai 2013, le politicien égyptien Khaled Zaafrani, lors d’une interview sur Al-Hafez TV, une station égyptienne salafiste, a également évoqué la diffamation du sang.

« Il est bien connu que pendant la Pâque ils confectionnent le pain azyme appelé le ‘sang de Sion’. Ils prennent un enfant chrétien, lui tranchent la gorge et le massacrent… ils n’ont jamais renoncé à ce rite. »

En avril 2013, une organisation palestinienne à but non lucratif  a supprimé un article de son site Web accusant les Juifs d’utiliser « le sang des chrétiens dans la Pâque juive ».

L’organisation Miftah, fondée par le député palestinien Hanan Ashrawi et financée par les gouvernements européens et occidentaux, aurait présenté des excuses pour la publication de l’article, après avoir refusé de le faire et accusé, dans un premier temps, les blogueurs juifs d’avoir attiré l’attention sur l’article.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...