Un prêtre arabe pro-armée fait l’objet d’une enquête, dit la police
Rechercher

Un prêtre arabe pro-armée fait l’objet d’une enquête, dit la police

Aucun détail n'a filtré sur les délits présumés commis par le père Gabriel Naddaf, qui prône l'engagement dans l'armée des Arabes chrétiens

Le père Gabriel Naddaf  (Crédit : Mitch Ginsburg/Times of Israel)
Le père Gabriel Naddaf (Crédit : Mitch Ginsburg/Times of Israel)

Un prêtre grec orthodoxe qui avait été distingué par Israël pour sa promotion de la conscription militaire des Arabes chrétiens fait l’objet d’une enquête criminelle, a expliqué la police dans la journée de lundi.

Cette enquête ouverte sur le père Gabriel Naddaf porte sur des crimes présumés qu’il aurait commis il y a quelques années, ont fait savoir les forces de l’ordre, sans livrer d’autres détails.

L’investigation qui a duré plus d’un an est terminée et les conclusions ont été transmises au bureau du procureur de l’Etat, qui décidera s’il faut donner suite au dossier.

La révélation de cette enquête consacrée à Naddaf a été faite après la levée partielle par la cour des magistrats de Haïfa d’une ordonnance de non-publication sur l’affaire.

La police a indiqué que d’autres détails de l’enquête restent soumis à cette ordonnance jusqu’au 7 juillet.

Naddaf avait été salué en Israël pour avoir encouragé les Arabes chrétiens à rejoindre l’armée israélienne, même s’il avait été également critiqué par les législateurs arabes pour son travail et fait l’objet de menaces. La loi israélienne n’exige pas des Arabes qu’ils fassent leur service militaire.

Le père Gabriel Naddaf allume une torche lors de la cérémonie officielle de la Journée de l’indépendance sur le mont Herzl de Jérusalem, le 11 mai 2016 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

En 2016, Naddaf avait allumé une torche au cours de la cérémonie officielle de la journée de l’Indépendance israélienne en reconnaissance de ses actions. Sa participation à la cérémonie avait eu lieu quelques jours seulement après la diffusion par la télévision israélienne d’enregistrements et de retranscriptions de conversations dans lesquelles Naddaf semblait offrir à de jeunes Israéliens et Palestiniens son aide en échange de faveurs sexuelles.

Naddaf avait nié ces allégations et expliqué qu’elles avaient pour objectif de le discréditer ainsi que sa famille.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...