Un promoteur commercialise une implantation non approuvée par le gouvernement
Rechercher

Un promoteur commercialise une implantation non approuvée par le gouvernement

Afikim Rosenthaler dit que les acheteurs sont informés que l'approbation du cabinet est toujours en attente, mais les ministères concernés ne sont pas au courant du projet

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Des milliers de Juifs ultra-orthodoxes présents aux funérailles du rabbin Aryeh Finkel, directeur de la yeshiva Brachfeld, branche de la yeshiva Mir à Modiin Illit, le 10 août 2016. (Crédit : Shlomi Cohen/Flash90)
Des milliers de Juifs ultra-orthodoxes présents aux funérailles du rabbin Aryeh Finkel, directeur de la yeshiva Brachfeld, branche de la yeshiva Mir à Modiin Illit, le 10 août 2016. (Crédit : Shlomi Cohen/Flash90)

Une société immobilière commercialise des terrains sur lesquels elle prévoit de construire une nouvelle implantation pour les Israéliens ultra-orthodoxes, mais le gouvernement n’a pas encore approuvé la création de la ville et aucun des ministères concernés n’est au courant de l’existence de ce projet.

L’an dernier, Afikim Rosenthaler Properties and Investments a commencé à faire de la publicité pour la vente de terrains dans le nord de la Cisjordanie, annonçant que la ville de Dorot Illit sera un jour créée. Le tarif en vigueur pour 100 mètres carrés est d’environ 93 000 shekels (23 250 euros), selon un rapport publié lundi dans le quotidien financier Globes.

Entre-temps, le projet a commencé à recevoir l’appui d’un certain nombre d’élus, dont le ministre du Logement Yoav Gallant et le député de YaHadout HaTorah, Yaakov Asher, qui a effectué une tournée dans la région en juin dernier.

Les deux parlementaires ont indiqué dans des déclarations vidéo, qui figurent désormais sur le site Web d’Afikim Rosenthaler, que Dorot Illit apporterait une solution à la crise croissante du logement à laquelle sont confrontées les familles ultra-orthodoxes qui ne parviennent pas à se loger dans des appartements à un prix abordable dans le centre d’Israël.

Dorot Illit serait situé entre les implantations d’Etz Efraim et de Maale Shomron et le Conseil régional de Samarie a exprimé son intention d’inclure la ville dans ses limites municipales.

De gauche à droite : Le militant de YaHadout HaTorah, Moshe Montag, le député Yaakov Asher, le ministre du Logement Yoav Gallant, le grand rabbin de Samarie Elyakim Levanon, et Yossi Dagan, président du Conseil régional de Samarie, sur une colline dans le nord de la Cisjordanie dont ils déclarent qu’elle abritera une nouvelle implantation ultra-orthodoxe appelée Dorot Illit, le 14 juin 2018. (Capture d’écran/YouTube)

Un représentant d’Afikim Rosenthaler, qui s’est entretenu avec le Times of Israel, a estimé qu’il faudrait environ huit ans pour lancer le projet, pendant lesquels le terrain serait préparé pour un usage résidentiel et les autorisations nécessaires seraient obtenues des divers organes de l’État.

Sur le site Web qu’il a créé pour les acheteurs intéressés, le groupe immobilier souligne une décision du cabinet de 1984 selon laquelle il affirme avoir « défriché la zone pour la construction afin d’y établir une localité ».

Une société d’investissement israélienne appelée Yakir a acheté 200 dunam (20 hectares) dans le nord de la Cisjordanie aux premiers propriétaires fonciers palestiniens au début des années 1980, jetant ainsi les bases de la construction d’une nouvelle ville israélienne.

Mais cette décision du Cabinet de 1984 a été prise pour établir une communauté appelée Neria qui n’a jamais été construite. En 1992, le gouvernement Yitzhak Rabin a adopté une autre décision exigeant que les nouvelles implantations qui n’avaient pas encore franchi les étapes de planification reçoivent une autorisation supplémentaire du Cabinet – même si le Cabinet avait déjà approuvé leur construction.

Cela signifiait que la collectivité qui avait reçu le feu vert en 1984 aurait besoin d’un autre sceau d’approbation de la part des ministres, peu importe le changement de nom.

Il y a deux ans, Yakir a vendu le terrain à une autre société située à l’étranger, qui a ensuite fait appel à Afikim Rosenthaler – dont la spécialité est le logement pour la communauté ultra-orthodoxe – pour le vendre. L’entreprise prévoit de construire 2 000 appartements dans la première phase de construction et 8 000 autres dans la deuxième phase.

Le représentant de la société immobilière qui s’est entretenu avec le Times of Israel a déclaré que les acheteurs potentiels sont informés à l’avance que des approbations gouvernementales supplémentaires sont encore nécessaires pour que le projet soit lancé.

Dans l’intervalle, l’entreprise permet aux investisseurs d’acheter des terrains agricoles à bas prix (93 000 shekels pour 100 mètres carrés), qui se verraient attribuer un statut de terrain constructible suite à une décision ministérielle reconnaissant officiellement Dorot Illit. A ce moment-là, les acheteurs seront invités à verser 700 000 shekels supplémentaires (175 000 euros) et recevront en échange un appartement de quatre chambres dans l’implantation – un prix nettement inférieur au prix en vigueur ailleurs sur le marché immobilier israélien.

Le responsable d’Afikim Rosenthaler a déclaré que cela décourage les jeunes couples ou ceux qui ne possèdent pas déjà un appartement à investir.

En même temps, l’entreprise affiche le projet sur son site Web comme ayant obtenu « le soutien du gouvernement » et « un large soutien des représentants du public ultra-orthodoxe ».

Mais lorsque Globes a demandé une réponse des ministères du Logement et de l’Intérieur concernant Dorot Illit, les deux bureaux ont dit qu’ils n’étaient pas au courant d’un tel projet.

« Le ministère du Logement et de la Construction n’a pas connaissance d’un projet de création d’une ville, mais lorsque les plans directeurs parviendront aux organismes de planification, le ministère examinera le projet et formulera sa position, » a indiqué l’ancien bureau de Gallant.

Néanmoins, l’ancien ministre du Logement – qui a quitté son poste le mois dernier – a déclaré à Globes qu’il avait été informé du plan par le personnel de son ancien bureau.

« Je ne connais ni l’aspect économique ni celui de la commercialisation. C’est leur (Afikim Rosenthaler) décision. Dans cette région, il doit y avoir une ville (israélienne) et cela peut refléter ma conviction pour ce qui est de contrôler les crêtes occidentales de la Samarie », a-t-il dit.

Le ministre de l’Immigration, Yoav Gallant, lors d’un événement à Tel Aviv pour les soldats isolés servant dans l’armée israélienne, le 24 janvier 2019. (Tomer Neuberg/Flash90)

De plus, l’administration civile – l’organisme du ministère de la Défense qui autorise la construction en Cisjordanie – a déclaré n’avoir reçu aucun projet de construction concernant Dorot Illit de la part de Afikim Rosenthaler.

Un fonctionnaire de la Défense a déclaré au Times of Israel qu’il n’était même pas sûr que les terrains actuellement vendus par la société immobilière soient les mêmes que ceux achetés par Yakir il y a plus de 30 ans.

Pour sa part, Afikim Rosenthaler a déclaré dans un communiqué que toutes ses opérations étaient menées dans le respect des règles et que la société était en consultation étroite avec des experts en droit immobilier de Cisjordanie.

Mme Hagit Ofran de Peace Now [La Paix maintenant], l’ONG de surveillance des implantations, a déclaré qu’Afikim Rosenthaler « est effectivement intéressé par la construction d’une ville, mais ils veulent aussi gagner de l’argent, c’est pourquoi ils ont commencé à vendre leurs terrains avant même d’obtenir les approbations nécessaires ».

Pour être clair, il n’y a rien d’illégal dans ce type de pratique pour autant que les acheteurs potentiels soient informés des risques. Mme Ofran a déclaré que si cette pratique est rare en Cisjordanie, il y a eu d’autres cas où des terres ont été commercialisées avant que les ministères compétents aient donné leur feu vert à la création de la localité. L’un de ces projets concerne un quartier adjacent à l’implantation de Givat Zeev. Le promoteur immobilier qui commercialise le terrain : Afikim Rosenthaler.

Elle a fait valoir que dans le cas de Dorot Illit, la société utilise des photos de responsables tels que Gallant – qui est lui-même intéressé à étendre son soutien aux implantations lors des prochaines primaires du Likud – pour montrer aux clients potentiels « que le projet a une légitimité ».

La membre de Peace Now a qualifié la perspective de construction d’une nouvelle ville Haredi en Cisjordanie de « vœu pieux », affirmant qu’il serait difficile de prouver un achat de terres d’une telle ampleur remontant à trois décennies auparavant.

Néanmoins, la société est confiante dans son projet et a déclaré qu’elle prévoit de continuer à commercialiser des terrains auprès des investisseurs intéressés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...