Rechercher

Un rabbin sympathisant des Proud Boys fournit des exemptions de vaccination

Asher Meza, qui propose des exemptions religieuses sur les réseaux sociaux aux Juifs et aux non-Juifs, affirme avoir déjà écrit 200 lettres

Le rabbin Asher Meza, en plus de soutenir les militants anti-vaccins, s'est opposé à l'ensemble de la communauté orthodoxe d'une autre manière. (Avec l'aimable autorisation de Meza via JTA)
Le rabbin Asher Meza, en plus de soutenir les militants anti-vaccins, s'est opposé à l'ensemble de la communauté orthodoxe d'une autre manière. (Avec l'aimable autorisation de Meza via JTA)

JTA – Qui sont ces rabbins qui écrivent des lettres d’exemption religieuse pour les Juifs (et d’autres) qui s’opposent à la vaccination contre la COVID-19 ?

Un élément de réponse a semblé émerger cette semaine lorsqu’une enseignante de la ville de New York a déclaré avoir reçu une lettre d’un rabbin qui a été pénalisé par l’organisation Habad pour sa rhétorique anti-vaccination.

Une autre réponse est apparue jeudi dans un reportage du Miami New Times sur un rabbin local et un YouTubeur ayant l’habitude de prendre des positions marginales. Le rabbin, Asher Meza, dit avoir signé 200 lettres au cours des dix derniers jours, donnant aux gens une excuse religieuse pour contourner l’obligation de vaccination pour accéder au lieu de travail – même si la grande majorité des responsables juifs affirment qu’il n’y a aucune base pour une telle exemption dans la tradition juive.

Contacté par l’Agence télégraphique juive, Meza a déclaré qu’il avait été lui-même vacciné contre la COVID-19, mais qu’il ne pensait pas que la vaccination devait être obligatoire. La lettre, que quatre autres rabbins de Floride et de New York ont également signée, cite plusieurs passages bibliques pour étayer l’argument selon lequel la vaccination « nous met en conflit direct avec les mandats bibliques visant à préserver sa propre vie ».

« [Nous] permettons simplement aux gens de s’exprimer formellement », a déclaré Meza. « Nous ne faisons qu’articuler ce que les gens croient déjà. Nous ne mettons pas de mots dans leur bouche. Le formulaire est assez générique. Nous ne sommes pas des anti-vaccins. »

La lettre met Meza et ses cosignataires en conflit avec la grande majorité des rabbins, toutes obédiences confondues, qui ont exhorté leurs fidèles à se faire vacciner. Des déclarations publiques appelant à la vaccination par plus de 20 rabbins orthodoxes de Baltimore et de Long Island ont été massivement diffusées en août.

En revanche, sa position le place dans la lignée d’un petit nombre de rabbins ultra-orthodoxes qui ont pris position contre la vaccination. Ces rabbins ont défendu la position – soutenue avec ferveur par une minorité de Juifs orthodoxes, ainsi que par des détracteurs anti-vaccins, pour la plupart de droite, issus d’autres milieux – selon laquelle les vaccins sont dangereux et que d’autres traitements, discrédités par l’establishment médical, étaient préférables.

Meza – qui dit avoir étudié en Israël, y avoir fait du travail d’intérêt juif et avoir reçu l’ordination religieuse d’un rabbin qui vit maintenant à New York – défie depuis longtemps les normes religieuses et s’est également allié à l’extrême droite américaine.

Soutenant que le processus de conversion proposé par les principaux organismes orthodoxes était plus strict que ce que décrivent les autorités juridiques juives fondatrices, il propose un cours de conversion accéléré qui comprend l’écoute de son podcast. Il fait ouvertement du prosélytisme et prévoit de se rendre en Inde et aux Philippines afin d’y convertir des étudiants.

Meza s’est également engagé auprès des Proud Boys, une organisation d’extrême droite qui a des liens avec des groupes antisémites et qui a été au centre de plusieurs manifestations violentes ces dernières années. Il a dit avoir travaillé sur des sites Web pour le groupe et lui avoir fait des dons. Sur Telegram, application de messagerie sécurisée populaire auprès des militants d’extrême droite, il se fait appeler « Rabbi PB ».

Sur cette photo d’archives du 7 septembre 2020, un manifestant brandit un drapeau Proud Boys, un groupe d’extrême droite, tandis que d’autres membres déploient un grand drapeau américain devant le Capitole de l’État de l’Oregon à Salem, dans l’Oregon. (Crédit : AP Photo/Andrew Selsky, File)

C’est là que le Miami New Times a retrouvé Meza faisant de la publicité pour sa lettre d’exemption, qu’il dit avoir signée pour des Juifs et des non-Juifs sous les auspices de sa propre organisation, appelée « Torah Judaism International ». Il a également fait la publicité de la lettre sur Facebook et YouTube. Il ne sait pas si ces lettres ont permis de contourner les obligations de vaccination.

Un rabbin orthodoxe local, qui a déclaré qu’il n’était pas vacciné et qui a également dit qu’il était ami avec Meza, a déclaré au New Times que Meza était « un pirate » qui n’est « reconnu par aucune communauté religieuse à ma connaissance ».

Pour sa part, Meza a déclaré à JTA qu’il était un partisan des Proud Boys, mais a affirmé qu’il se considérait d’abord comme un Juif orthodoxe dévoué.

« Idéologiquement, je suppose qu’il n’y a pas de différence entre soutenir le mouvement et être dans le mouvement lui-même », a-t-il dit à propos des Proud Boys. « Mais je me considère davantage comme un étudiant de la Torah et un père de famille, et je ne cherche pas à faire du mal aux gens. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...