Un soldat blessé par des tirs de mortiers lors du transfert de l’aide à Gaza
Rechercher

Un soldat blessé par des tirs de mortiers lors du transfert de l’aide à Gaza

Israël a rouvert les points de passage vers la bande de Gaza ce matin pour fournir du carburant et du matériel médical dont Gaza avait besoin, mais les a refermés après l'attaque

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Illustration: Un policier palestinien fait signe à un camion qui entre par le point de passage de Kerem Shalom dans la bande de Gaza le 1er septembre 2020, après un accord conclu avec Israël grâce à la médiation du Qatar. (SAID KHATIB / AFP)
Illustration: Un policier palestinien fait signe à un camion qui entre par le point de passage de Kerem Shalom dans la bande de Gaza le 1er septembre 2020, après un accord conclu avec Israël grâce à la médiation du Qatar. (SAID KHATIB / AFP)

L’armée israélienne a déclaré mardi qu’un soldat avait été légèrement blessé par un tir de mortier alors qu’il participait au transfert de cargaisons d’aide humanitaire vers la bande de Gaza via le passage d’Erez.

Le blessé, âgé de 19 ans, a été emmené au centre médical Barzilai d’Ashkelon après avoir été touché par des éclats d’obus dans le bas du corps. Les médecins ont dit qu’il était pleinement conscient.

Plus tôt mardi, Israël avait rouvert temporairement les points de passage d’Erez et de Kerem Shalom vers Gaza, autorisant l’entrée de nombreux camions de carburant, de matériel médical et d’aliments pour animaux dont l’enclave avait désespérément besoin, selon la liaison militaire d’Israël avec les Palestiniens, connue sous le nom officiel de Coordonnateur des activités du gouvernement dans les territoires (COGAT).

L’entrée de camions avait été « coordonnée sur demande de la communauté internationale et après approbation du ministère de la Défense ce matin », a poursuivi le Cogat, précisant qu’ils transportaient notamment de l’équipement médical et des réservoirs de carburant « à destination d’organisations internationales » à Gaza.

Le point de passage de Kerem Shalom est resté ouvert « plusieurs heures », a affirmé le Cogat dans un communiqué.

Un obus a également frappé le point de passage d’Erez, plus au nord et réservé aux personnes, qui n’était pas ouvert, a-t-il poursuivi.

« Il est essentiel que le passage d’Erez soit également ouvert à l’entrée et la sortie du personnel humanitaire », avait aussi indiqué Jens Laerke, porte-parole du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (Ocha) lors du briefing régulier des Nations unies à Genève.

A LIRE : En ciblant Israël, le Hamas abîme 5 de ses lignes d’électricité à haute tension

La décision d’ouvrir venait juste d’être saluée par les Nations unies à l’aune de la situation humanitaire désastreuse à Gaza, dont l’unique centrale électrique a rationné le carburant et coupé l’électricité dans l’enclave. Ces coupures d’électricité ont perturbé le flux d’eau courante et le traitement des eaux usées à Gaza, selon l’armée israélienne.

Pendant l’ouverture des points de passage, des terroristes de la bande de Gaza ont lancé un grand barrage de tirs de mortiers de l’autre côté de la frontière, tirant des dizaines d’obus dans toute la zone, y compris sur les points de passage de Kerem Shalom et d’Erez. Aucun blessé n’a été signalé au passage de Kerem Shalom ; les habitants de la zone rapportent avoir vu le système de défense antimissile du Dôme de fer intercepter certains des projectiles.

La liaison militaire a déclaré qu’en réaction à cette attaque, Israël avait décidé de fermer à nouveau les points de passage vers Gaza.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...