Rechercher

Un survivant de la Shoah meurt après avoir été renversé par un voyageur

Kurt Salzinger, spécialiste en psychologie et âgé de 89 ans, était dans le coma après avoir été renversé par un homme qui courait pour attraper son train dans une gare de New York

Photo d'illustration : des passagers dans la gare de Penn Station à New York, au mois de novembre 2016 (Crédit : AP/Mark Lennihan)
Photo d'illustration : des passagers dans la gare de Penn Station à New York, au mois de novembre 2016 (Crédit : AP/Mark Lennihan)

Kurt Salzinger, survivant de la Shoah, grand-père et spécialiste en psychologie, s’est éteint presque deux semaines après avoir été renversé à la gare de Penn Station à New York par un homme qui courait pour ne pas rater sa rame.

Salzinger est mort jeudi à l’âge de 89 ans. Il était dans le coma depuis qu’il s’était blessé à la tête, le 27 octobre, sur le quai du métro alors qu’il se rendait chez Macy’s pour faire des courses en compagnie de son épouse, selon des informations. Cette dernière, Deanna Chitayat, 85 ans, est également tombée au sol, bousculée par l’usager pressé.

Salzinger était né à Vienne, en Autriche et à l’âge de 11 ans, il avait fui les nazis avec ses parents et son frère aîné. La famille s’était échappée grâce à un réseau de résistance juif. Ils ont alors entrepris un voyage de deux ans et demi qui les a menés du Transsibérien au Japon, puis, par bateau, à Seattle, à Washington, et enfin à New York en 1938, selon le New York Times.

Il a écrit ou co-écrit 14 livres et plus de 120 articles de recherche, a noté dans un hommage l’université Hofstra.

Salzinger avait travaillé à l’école de Long Island pendant 19 ans, jusqu’en 2001, et il avait reçu le titre professeur émérite. Il avait également enseigné à l’université de Columbia, où il avait obtenu un doctorat en psychologie, ainsi qu’un autre du City College de New York.

Chitayat a déclaré au New York Post que l’homme qui les avait renversés en courant s’était arrêté et avait regardé le couple au sol, avant de sauter dans son train. Elle a expliqué que son époux « était allongé là, comme un homme mort, sans bouger » et que les autres passagers s’étaient précipités pour leur venir en aide.

« Il est mort à cause de cet homme », a dit Chitayat au Post. « Je ne pense pas qu’il a voulu le tuer, mais c’est ce qu’il a fait ».

Elle a expliqué au journal qu’elle ne nourrissait pas de désir de vengeance et qu’elle ne souhaitait pas voir l’homme emprisonné.

« Mais ce que j’attends de lui, c’est qu’il réalise ce qu’il a fait, c’est qu’il s’en souvienne et qu’il se sente coupable », a-t-elle noté. « Il a détruit la vie d’une personne pour ne pas manquer un train ».

Salzinger et Chitayat étaient mariés depuis 38 ans. Il laisse derrière lui quatre enfants d’un précédent mariage et des petits-enfants.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...