Rechercher

Un think-tank juif va décerner un prix aux sociétés qui aident à sauver la planète

Le YK Center a annoncé conjointement les prix décernés aux banques, aux compagnies d'assurance et aux bourses les plus performantes en matière d'objectifs de développement durable

Un ouvrier nettoie un signe de protestation sur le Golden Bull, une réplique du Charging Bull de Wall Street, à l'extérieur de la Bourse brésilienne B3 à Sao Paulo, au Brésil, mercredi 17 novembre 2021. (Crédit : Andre Penner/AP)
Un ouvrier nettoie un signe de protestation sur le Golden Bull, une réplique du Charging Bull de Wall Street, à l'extérieur de la Bourse brésilienne B3 à Sao Paulo, au Brésil, mercredi 17 novembre 2021. (Crédit : Andre Penner/AP)

Une organisation israélienne s’est associée à trois organismes internationaux pour lancer un prix qui sera décerné aux banques, aux compagnies d’assurance et aux bourses ayant obtenu les meilleurs résultats en matière d’objectifs de développement durable de l’ONU.

Ce prix, qui sera décerné lors des conférences annuelles de l’ONU sur le climat (COP), devrait à terme être étendu aux entreprises.

En 2015, le monde avait convenu de réaliser 17 objectifs de développement durable (ODD) d’ici 2030.

Ces objectifs, qui se composent de 169 cibles, comprennent l’action climatique, mais aussi une amélioration sur le plan social dans des domaines tels que la santé, l’éducation, une égalité accrue, l’éradication de la pauvreté et l’accès à des ressources naturelles propres.

Le YK Center d’Israël, un think tank et un incubateur qui fait la promotion des ODD, travaille sur ce prix en collaboration avec le Global Sustainability Index Institute des Nations unies, le Sustainable Development Solutions Network des Nations unies et la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques.

« Le monde peut voir comment le secteur financier travaille dur pour regagner la confiance tout en devenant des partenaires fiables pour la réalisation des ODD », a déclaré Tal Ronen, PDG du YK Center.

Le centre porte le nom du professeur Yehuda Kahane, expert israélien en assurance et en gestion de risques, qui a fait campagne pour les ODD.

Les trois premiers lauréats de chaque catégorie ont été annoncés au début du mois lors de la COP27, la conférence des Nations unies sur le climat, qui s’est tenue à Charm el-Cheikh, en Égypte, et s’est terminée tôt dimanche matin.

La société brésilienne B3 a remporté le prix dans la catégorie « Bourse », suivie de Japan Exchange Group et de Deutsche Boerse.

Au niveau des banques, le brésilien Banco Bradesco est arrivé en tête, le français BNP Paribas en deuxième position et le mexicain Banorte en troisième.

La société française Axa a pris la première place dans le secteur des assurances, suivie de Zurich Insurance et de la société londonienne Aviva.

Les prix décernés aux entreprises pour cette année seront remis en février lors de la SDG Lab à Davos, en Suisse.

À l’avenir, ils seront décernés chaque année lors des conférences COP, à commencer par la COP28 de l’année prochaine qui se tiendra aux Émirats.

Roland Schatz, fondateur et PDG du Global Sustainability Index Institute des Nations unies, a ajouté que la recherche serait élargie pour inclure les petites et moyennes entreprises et que les entreprises israéliennes seraient également incluses à l’avenir.


De gauche à droite : Tal Ronen, associé directeur et cofondateur du YKCenter, l’ambassadeur Peleg Lewi, Massamba Thioye, responsable de projet au Centre mondial d’innovation de la CCNUCC, le professeur Yehuda Kahane et l’envoyé spécial du ministère des Affaires étrangères pour le climat, l’ambassadeur Gideon Behar. (Crédit : Autorisation)

Pour parvenir à son analyse de 30 banques, 30 compagnies d’assurance et 10 bourses, le Global Sustainability Index Institute des Nations unies a examiné les rapports annuels légaux publiés au cours des cinq dernières années par les 500 plus grandes sociétés cotées au monde, dont la capitalisation boursière combinée dépasse les 25 000 milliards de dollars.

Les chercheurs ont comparé la manière dont chacune de ces 500 entreprises a dépensé son budget et ses plans pour l’avenir, en les évaluant à l’aune des 17 ODD et des 169 cibles.

Leurs conclusions ont été corroborées par des articles publiés dans la presse économique, ainsi que par des commentaires d’analystes financiers sur les déclarations et les affirmations des entreprises, qui ont ensuite été utilisés pour classer les entreprises en fonction de leur durabilité.

« Les prix du SDG Commitment Report offrent une transparence sur la manière dont les entreprises phares des secteurs de la banque, de l’assurance et de la bourse s’engagent de plus en plus à accepter les SDG comme une boussole supplémentaire dans les affaires », a déclaré M. Schatz.

La professeure Phoebe Koundouri, coprésidente du Sustainable Development Solutions Network des Nations unies, a déclaré qu’il était important de s’assurer que ceux qui fournissent des fonds à des entreprises, des villes, des hôpitaux et d’autres institutions à travers le monde comprennent qu’ils doivent également divulguer leurs lignes directrices relatives aux décisions d’investissement.

« Nous sommes impatients de voir tous les experts rejoindre notre pôle d’innovation de la CCNUCC l’année prochaine à la COP de Dubaï », a déclaré Massamba Thioye, responsable de l’innovation à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...