Israël en guerre - Jour 262

Rechercher

Un tribunal de l’Ohio interdit à l’Hebrew Union College, en difficulté financière, de vendre des livres rares

Le procureur de l'état qui avait requis l'ordonnance a affirmé que la vente ne violerait pas seulement la confiance des donateurs mais peut-être également des restrictions purement légales ; le séminaire nie avoir programmé cette vente

Le campus de l'Hebrew Union College à Cincinnati, dans l'Ohio, le 21 janvier 2019. (Crédit : Warren LeMay via Creative Commons/ via JTA)
Le campus de l'Hebrew Union College à Cincinnati, dans l'Ohio, le 21 janvier 2019. (Crédit : Warren LeMay via Creative Commons/ via JTA)

JTA — Le procureur-général de l’Ohio a obtenu, cette semaine, une ordonnance de la cour interdisant à l’Hebrew Union College-Jewish Institute of Religion, qui connaît de graves difficultés financières, de vendre une collection importante d’objets rares et précieux datant de toutes les périodes de l’Histoire juive.

La requête soumise par le procureur-général Dave Yost, qui demandait une ordonnance restrictive temporaire, était venue répondre à des informations retransmises par un média local, Cincy Jewfolk, dans le cadre d’un article approfondi qui, au mois d’avril, avait révélé les difficultés de l’institution, qui accueille un séminaire et une université affiliés au mouvement réformé.

Cincy Jewfolk avait fait savoir que l’Hebrew Union College prévoyait de vendre des livres rares, affirmant qu’un administrateur en charge de la bibliothèque pouvait avoir été placé dans l’obligation de présenter sa démission après avoir subi des pressions en faveur de cette vente. L’article avait aussi noté que des représentants de la maison de vente aux enchères Sotheby’s avaient été sollicités pour examiner les ouvrages présents dans la bibliothèque.

La vente de ces livres pourrait potentiellement miner la confiance des donateurs qui ont offert des livres à la bibliothèque, ce qui viendrait violer la loi de l’Ohio, a dit Yost dans un communiqué de presse.

« Ces textes sacrés sont des artéfacts d’une valeur inestimable – des trésors religieux et culturels », a-t-il estimé. « Leur vente ne ferait pas que trahir la confiance placée par les donateurs, mais elle pourrait aussi violer les restrictions juridiques placées sur les cadeaux. Nous sommes déterminés à garantir que ces objets irremplaçables resteront à la disposition du public et qu’ils feront l’objet de l’attention que les donateurs sont en droit d’attendre de la part de l’institution ».

Si l’Hebrew Union College, qui a aussi des campus à New York, à Los Angeles et à Jérusalem, est en train de fermer graduellement son école rabbinique de Cincinatti, elle a annoncé que le campus resterait un pôle de recherche juif. Il a démenti avoir prévu de vendre ces livres rares qui figurent dans la collection de la bibliothèque.

Le procureur-général de l’Ohio Dave Yost s’exprime pendant une fête électorale à Columbus, dans l’Ohio, le 8 novembre 2022. (Crédit :AP Photo/Jay LaPrete, File)

« Les rumeurs laissant entendre que nous avons programmé de vendre nos livres rares – et l’attention médiatique et judiciaire que ces rumeurs ont entraîné – se basent sur des informations trompeuses et incomplètes », a commenté le président de l’institution, Andrew Rehfeld, dans un courriel adressé à la communauté du campus après l’annonce faite par Yost, le 4 juin, a noté le Cincy Jewfolk. « Nous n’avons aucunement le projet de vendre ou ‘d’aliéner’ cette collection et il n’a été demandé à aucun de nos employés de vendre nos livres ».

Les 14 000 textes rares qui figurent dans la Bibliothèque Klau du séminaire pourraient valoir plusieurs millions de dollars, selon le communiqué de presse qui a été émis par le Bureau de Yost. Cette collection de textes est parmi les plus importantes au monde et elle comprend des artéfacts et des œuvres historiques de philosophie, d’histoire et de liturgie dans plus d’une dizaine de langues.

Les bibliothécaires et les administrateurs des institutions d’enseignement juif, à travers tout le pays, devraient prêter une attention particulière à la situation, inquiets pour la collection et en raison aussi des implications possibles de l’intervention des tribunaux dans ce type de problématique à un moment où l’Hebrew Union College rencontre des difficultés financières que d’autres sont aussi amenés à connaître.

Au Jewish Theological Seminary de New York, par exemple, les administrateurs ont vendu des biens immobiliers ainsi que des livres, ces dernières années, les inscriptions étant en baisse. Par ailleurs, à Los Angeles, l’American Jewish University a vendu son campus au début de l’année et elle doit encore faire part de ce qu’il adviendra de sa rare collection de livres.

Une audience judiciaire qui permettra d’évaluer l’ordonnance de restriction imposée à l’Hebrew Union College aura lieu le 12 juillet.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.