Une activiste de HaBayit HaYehudi rejoint le nouveau parti d’Ehud Barak
Rechercher

Une activiste de HaBayit HaYehudi rejoint le nouveau parti d’Ehud Barak

Déplorant le lien unissant les chefs sionistes religieux et le "nationalisme extrémiste", Sagit Peretz Deri a dit que son camp devait se "reconnecter" aux valeurs démocratiques

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

De gauche à droite :  Ehud Barak, Sagit Peretz Deri, Yifat Biton et Yair Golan, le 2 juillet 2019 (Autorisation)
De gauche à droite : Ehud Barak, Sagit Peretz Deri, Yifat Biton et Yair Golan, le 2 juillet 2019 (Autorisation)

Une activiste de HaBayit HaYehudi a annoncé mardi qu’elle quittait la faction nationale-religieuse pour rejoindre le nouveau parti pacifiste fondé par l’ex-Premier ministre Ehud Barak en amont du scrutin du 17 septembre prochain.

Sagit Peretz Deri, qui travaillait étroitement avec le parti de droite depuis presque une décennie, a expliqué que sa décision d’entrer dans la vie politique avec Barak était motivée par son opposition aux liens qui unissent dorénavant la communauté nationale-religieuse et l’extrême-droite.

« La connexion qui a été créée entre la communauté juive nationale-religieuse et l’extrémisme nationalisme m’angoisse. Je prône un judaïsme tolérant et communautaire », a-t-elle dit.

Ces propos ont semblé viser – au moins partiellement – la décision de HaBayit HaYehudi de fusionner avec la faction Otzma Yehudit d’extrême-droite lors de la formation de l’Union des partis de droite avant les dernières élections.

L’alliance entre le parti national-religieux et la liste des disciples auto-proclamés du rabbin extrémiste Meir Kahane avait été orchestrée par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, désireux de renforcer ses partenaires probables de coalition à la droite de l’échiquier politique.

Deri est la sixième candidate à rejoindre Barak qui a annoncé la fondation d’un nouveau parti – qui n’a pas encore de nom – et juré de vaincre Netanyahu lors des prochaines législatives.

Elle suit ainsi les pas de l’ex-chef d’Etat-major Yair Golan, du professeur de droit Yifat Biton, de l’entrepreneur Kobi Richter, de l’ancien membre du parti Travailliste Yaya Fink, et de l’autrice-avocate Noa Rothman, qui est la petite-fille de feu le leader travailliste Yitzhak Rabin.

Activiste féministe religieuse, Deri a fondé le caucus des femmes au sein de HaBayit HaYehudi et elle a été membre de la commission chargée de la constitution du parti. Avocate de profession, elle est spécialisée dans l’immobilier, les autorités locales, l’agriculture et les législations sur la planification et la construction.

Le parti HaBayit HaYehudi vote en faveur d’une alliance préélectorale avec Otzma Yehudit à Petah Tikva, le 20 février 2019. (Crédit : Gili Yaari/Flash90)

« Nous devons prendre des décisions fermes afin de solidifier les nouvelles infrastructures nécessaires à un contrat social qui permettra la continuation de notre vie partagée au sein de notre foyer national », a dit Deri dans un communiqué.

« Ces accords doivent être basés sur l’engagement qui a construit notre pays, celui d’un État juif et démocratique », a-t-elle ajouté.

Elle a appelé le camp national-religieux à se « reconnecter » à ces valeurs.

Barak a déclaré que sa nouvelle collègue représentait « un judaïsme sûr de lui qui est intrinsèquement lié à l’idée sioniste, à la modération [du sage Talmudique] Hillel et à la responsabilité que représente la préservation du caractère juif et démocratique de l’Etat ».

L’annonce de la formation du nouveau parti de Barak, âgé de 77 ans, la semaine dernière, a donné des frissons à la formation travailliste déjà éprouvée et au mouvement centriste Kakhol lavan.

Les deux perdront probablement des électeurs au profit de l’ancien Premier ministre et général de l’armée israélienne, qui a affirmé être le seul capable de vaincre Netanyahu.

Barak serait également en pourparlers avec Emilie Moatti concernant la possibilité que cette membre travailliste rejoigne également sa liste – ce qui serait un nouveau coup porté à cette formation vénérable qui a organisé ses primaires de leadership mardi.

Les membres du nouveau parti d’Ehud Barak devraient donner une conférence de presse à Tel Aviv, mardi en fin d’après-midi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...