Rechercher
Gagner contre les préjugés

Une campagne de lutte contre l’homophobie dans le sport en Israël

Chili Tropper a présenté une vidéo mettant en scène des athlètes de la communauté LGBTQ, affirmant qu'il existe une "place égale pour tous dans le sport israélien"

Razi, un joueur de football s'identifiant comme gay, dans une campagne lancée par le ministère de la Culture et des Sports visant à combattre les préjugés contre la communauté LGBTQ dans le sport. (Crédit : Screengrab/YouTube)
Razi, un joueur de football s'identifiant comme gay, dans une campagne lancée par le ministère de la Culture et des Sports visant à combattre les préjugés contre la communauté LGBTQ dans le sport. (Crédit : Screengrab/YouTube)

Le ministère de la Culture et des Sports a lancé mercredi la toute première campagne gouvernementale visant à lutter contre l’homophobie dans le sport.

La vidéo de 30 secondes mettant en scène des athlètes israéliens appartenant à la communauté LGBTQ est intitulée « Gagner contre les préjugés – gagner dans le sport » et vise à sensibiliser à la « réalité offensante » à laquelle ces athlètes sont confrontés dans le monde du sport, a indiqué le ministère.

La vidéo présente un montage d’athlètes pratiquant leur discipline respective alors que des insultes à caractère haineux sont entendues en arrière-plan.

Les athlètes présentés sont Razi, un joueur de football qui s’identifie comme gay, Liza, une joueuse de volley-ball qui s’identifie comme lesbienne et Shay, une judokate qui s’identifie comme transgenre.

Le ministre de la Culture et des Sports, Chili Tropper, a déclaré mercredi que la campagne « exprime la nécessité et l’importance d’un discours propre, respectueux et sans préjugés ».

« Il y a une place égale dans les sports israéliens pour tout le monde », a-t-il ajouté.

Le député Kakhol lavan Eitan Ginzburg a salué la campagne du ministère sur Twitter : « Je félicite le ministère de la Culture et des Sports pour la première campagne de ce type contre le phénomène de la LGBTQphobie et des préjugés ».

« Il y a seulement deux mois, nous avons clairement indiqué dans une loi, dont j’ai été l’initiateur, que la violence verbale fondée sur l’orientation sexuelle sur les terrains de sport est une discrimination à tous égards et constituerait une infraction à la loi », a-t-il ajouté.

Ginzburg est entré dans l’histoire en tant que premier maire ouvertement gay d’Israël lorsqu’il a été élu à la tête de Raanana, en 2018.

De façon générale, l’État juif respecte sa communauté LGBTQ. Des gayprides sont organisés chaque année à travers le pays, dont la plus importante a lieu à Tel Aviv.

Si les mariages homosexuels ne peuvent pas être célébrés en Israël, les couples peuvent s’enregistrer comme mariés auprès du ministère de l’Intérieur s’ils s’unissent officiellement dans un pays qui reconnaît le mariage homosexuel.

Cependant, de sérieux préjugés existent encore dans le pays, notamment dans les communautés plus traditionnelles et religieuses, ainsi que dans le monde du sport.

En janvier, le Maccabi Tel Aviv a dû faire face à une audience disciplinaire après que des supporters ont crié à plusieurs reprises « Danny Amos est gay » au gardien de but du rival Maccabi Netanya.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...