Une députée tunisienne s’excuse après avoir employé une expression anti-juive
Rechercher

Une députée tunisienne s’excuse après avoir employé une expression anti-juive

"Les juifs, que Dieu nous en préserve" s'est exclamée la députée Asma Aboulhana, qui s'est ensuite excusée publiquement

Yamina Thabet, présidente de l'ATSM condamnant à la radio les propos anti-juifs d'une députée tunisienne (Crédit: capture d'écran)
Yamina Thabet, présidente de l'ATSM condamnant à la radio les propos anti-juifs d'une députée tunisienne (Crédit: capture d'écran)

L’Association tunisienne de soutien des minorités, présidée par Yamina Thabet s’est émue la semaine dernière de l’emploi par la députée Asma Aboulhana, du parti Nida Tounés devant l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), d’une expression anti-juive : « Les juifs Dieu nous en préserve ».

Alors que l’assemblée évoquait l’immobilier appartenant aux juifs tunisiens la députée s’est exclamée « on doit évoquer les terrains qui apapratenaient aux juifs, que Dieu nous en préserve ! ».

« Le président de la plénière, explique le journal Kapitalis, le vice-président de l’ARP, Abdelfattah Mourou a coupé la parole à la députée pour lui rappeler – au cas où elle l’aurait oublié – que la communauté juive vit depuis très longtemps en Tunisie et qu’elle doit être respectée.

Il a aussi appelé à bannir ce genre de commentaires déplacés.

La députée s’est ensuite excusée devant l’assemblée, puis à la radio lors d’une rencontre avec Yamina Thabet, pour avoir tenu ces propos.

« J’ai été invitée à rencontrer madame la députée Asma Abou el Hanaa qui a réitéré ses excuses et a assuré » les avoir présentées au sein même du parlement et la vidéo sera bientôt partagée », a expliqué Yamina Thabet. La rencontre a été fructueuse parce que j’ai rencontré une véritable volonté de changer les choses, et ce fût l’occasion de discuter de la loi que nous souhaitons voir en Tunisie, une loi qui condamne toute forme de discrimination ».

A noter qu’il y a quelques jours, la sociologue Nacira Guénif qui témoignait lors du procès Bensoussan pour le CCIF constitué partie civile déclarait que l’expression « espèce de juif, mes excuses » souvent utilisée en arabe « est passée dans le langage courant et ne signifie pas la haine des juifs ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...