Une députée du Labour réclame le boycott des produits des implantations annexées
Rechercher

Une députée du Labour réclame le boycott des produits des implantations annexées

Pour la Secrétaire d'État du cabinet fantôme, Lisa Nandy, l'Angleterre ne peut pas être un "témoin silencieux" de l'extension de la souveraineté israélienne à la Cisjordanie

Lisa Nandy, alors candidate à la direction du Parti travailliste britannique, s'exprime lors de la course à la direction du parti au SEC Centre à Glasgow, en Écosse, le 15 février 2020. (Jane Barlow/PA via AP)
Lisa Nandy, alors candidate à la direction du Parti travailliste britannique, s'exprime lors de la course à la direction du parti au SEC Centre à Glasgow, en Écosse, le 15 février 2020. (Jane Barlow/PA via AP)

Une des principales figures du Parti travailliste britannique (Labour) a appelé au boycott des produits provenant des implantations israéliennes en Cisjordanie si Israël poursuit son projet d’annexion de certaines parties du territoire.

La députée Lisa Nandy, qui est la Secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères du cabinet fantôme, a déclaré que la Grande-Bretagne ne peut pas être « un témoin silencieux » de l’extension prévue de la souveraineté d’Israël à quelque 30 % de la Cisjordanie, comme le souligne la proposition de paix de l’administration Trump. Le plan de paix prévoit la souveraineté palestinienne sur les 70 % restants.

Selon l’accord de gouvernement d’unité, le Premier ministre Benjamin Netanyahu peut commencer à présenter l’annexion dès le 1er juillet, ce qu’il s’est engagé à faire à plusieurs reprises. Les Palestiniens et une grande partie de la communauté internationale affirment que cette décision pourrait anéantir tout espoir d’un État palestinien viable.

« La proposition d’annexer unilatéralement près d’un tiers de la Cisjordanie est un acte illégal qui sapera la perspective d’une solution pacifique à deux États pour Israël et la Palestine, et a de graves implications pour la stabilité du Moyen-Orient », a déclaré Mme Nandy, selon le journal The Guardian.

« C’est une proposition honteuse dont le Royaume-Uni ne peut être un témoin silencieux », a-t-elle déclaré.

« C’est maintenant urgent », a déclaré Nandy. « Le gouvernement doit être clair avec le gouvernement de coalition israélien sur le fait que des actions concrètes vont suivre, y compris l’interdiction des marchandises entrant en Grande-Bretagne depuis les implantations israéliennes illégales en Cisjordanie ».

Selon The Guardian, sa proposition de boycott est soutenue par le leader du Parti travailliste Keir Starmer, qui s’efforce de réparer l’image du parti, qui était considéré comme antisémite et anti-Israël sous l’ancien chef Jeremy Corbyn.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d’un discours de campagne à côté d’un tableau des secteurs de la Cisjordanie proposés pour l’annexion, le 10 septembre 2019 (Capture d’écran : Facebook)

Nandy a admis qu’une interdiction des marchandises serait « une étape majeure, mais une violation aussi flagrante du droit international doit avoir des conséquences. Il faudra un niveau de courage que les ministres n’ont pas voulu montrer jusqu’à présent ».

La députée a supposé que le Royaume-Uni pourrait être réticent à agir contre Israël en raison d’un accord commercial entre le Royaume-Uni et les États-Unis, mais elle a déclaré que la Grande-Bretagne a une « responsabilité morale unique et doit s’engager. Si nous ne le faisons pas, le monde en paiera le prix pendant longtemps ».

Israël a protesté contre les précédents appels à l’interdiction des marchandises des implantations, affirmant qu’ils étaient un moyen d’encourager le boycott de l’État juif.

L’annexion a suscité une large opposition dans toute l’Europe. Samedi, le Centre Simon Wiesenthal a averti que les rassemblements de rue contre l’annexion entraînent la promotion des boycotts d’Israël et de l’antisémitisme.

Des membres du centre ont suivi une de ces marches de protestation à Paris samedi sous la bannière « Non à l’annexion israélienne », a déclaré le centre dans un communiqué.

La marche, de Barbès à Nation, a été organisée par une coalition de groupes pro-palestiniens dont le Réseau de solidarité des prisonniers palestiniens Samidoun, BDS France, Euro-Palestine. Des marches similaires étaient prévues à travers la France, ainsi que dans d’autres pays d’Europe et du monde, notamment en Suède, en Allemagne, en Autriche, en Italie, aux États-Unis et au Canada.

Manifestation à Paris contre le projet d’annexion d’Israël en Cisjordanie, le 27 juin 2020. (Centre Simon Wiesenthal-Europe)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...