Israël en guerre - Jour 200

Rechercher

Une ex-employée d’une mission israélienne accuse d’agression sexuelle ses ex-collègues

La femme dit avoir été réduite au silence par d’importants responsables du consulat après avoir parlé de son agression

Le ministère des Affaires étrangères, à Jérusalem. (Crédit : AFP)
Le ministère des Affaires étrangères, à Jérusalem. (Crédit : AFP)

Une ancienne employée d’une mission diplomatique israélienne dans un pays non cité a affirmé avoir été sexuellement agressée par deux collègues, puis empêchée de parler par ses supérieurs.

Après avoir porté plainte auprès de la police, la femme a porté plainte devant la Commission du service civil, a annoncé lundi la Deuxième chaîne, pour demander une enquête officielle sur ses affirmations.

L’ancienne employée a dit avoir été agressée sexuellement en 2014, six mois après avoir commencé à travailler au consulat étranger. Dans sa déclaration officielle devant la commission, elle a affirmé avoir souffert d’une « agression sexuelle très grave » par deux collègues, dans un appartement possédé par le consulat.

La femme a déclaré avoir porté l’incident à l’attention de son supérieur direct, ainsi qu’aux responsables importants de la Commission du service civil, mais qu’aucune action n’a été entreprise.

Elle a également informé la police, qui a mené une enquête et présenté ses conclusions au bureau du procureur. L’affaire a été close en raison d’un manque de preuves, selon la chaîne.

Dans sa déclaration, présentée en son nom par son avocate Naomi Landau, la femme a déclaré souffrir de troubles psychologiques et physiques sévères à cause de l’agression, et suivre un traitement.

La femme a déclaré avoir été réduite au silence par d’importants responsables diplomatiques de son consulat après s’être plainte, et que l’un lui a même dit qu’il ferait tout ce qui était en son pouvoir pour l’empêcher d’être promue.

Landau a déclaré que « le ministère de la Défense, l’employeur de cette femme, n’a pris aucune mesure pour l’aider et elle a même été obligée de continuer à travailler avec ses agresseurs après l’incident. »

Zion Amir, avocat de l’un des accusés, a déclaré n’avoir « aucun doute que cette affaire devrait être abandonnée, parce que l’accusé est innocent. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.