Une femme accusée d’avoir agressé à New York des Juives libérée de prison
Rechercher

Une femme accusée d’avoir agressé à New York des Juives libérée de prison

Tiffany Harris, 30 ans, aurait giflé trois femmes juives lors d'une agression à Brooklyn - mais les nouvelles dispositions de la législation ne permettent plus sa détention

Deux Juifs orthodoxes passent à côté de véhicules de sécurité de la patrouille "Crown Heights Shmira Patrol" dans le quartier de Crown Heights, le 27 février 2019 à New York. (Crédit : Angela Weiss / AFP)
Deux Juifs orthodoxes passent à côté de véhicules de sécurité de la patrouille "Crown Heights Shmira Patrol" dans le quartier de Crown Heights, le 27 février 2019 à New York. (Crédit : Angela Weiss / AFP)

NEW YORK — Une femme accusée d’avoir giflé trois femmes juives lors d’un incident survenu dans le cadre d’une série d’attaques apparemment antisémites à New York, pendant la fête de Hanoukka, a été inculpée samedi pour tentative d’agression relevant du crime de haine, ont indiqué les registres judiciaires.

Tiffany Harris, 30 ans, a été néanmoins libérée sans caution après sa mise en examen pour tentative d’agression et autres charges moins importantes, selon les mêmes registres.

Cette décision de la libérer survient alors que de nouvelles règles judiciaires doivent être mises en vigueur à New York. Elles exigent des magistrats de libérer les suspects qui n’ont pas été à l’origine de blessures physiques sur leurs victimes – une règle qui est applicable dans les crimes de haine également.

Cette attaque présumée de Harris survient alors que les autorités new-yorkaises ont juré de combattre l’antisémitisme dans un contexte de série d’attaques commises à l’encontre des Juifs orthodoxes, à New York et ses alentours. Samedi, le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, a écrit sur Twitter qu’il afficherait une « tolérance zéro » envers l’antisémitisme après une attaque au couteau survenue pendant une célébration de Hanoukka à Monsey, dans l’État de New York.

Illustration : des fillettes ultra-orthodoxes dans le quartier de Crown Heights à Brooklyn, le 21 mars 2012. (Crédit : Serge Attal/FLASH90)

Cuomo a été attaqué pour avoir inclus les crimes de haine dans la réforme sur les cautions qui doit entrer en vigueur le 1er janvier et qui ne donne aucun pouvoir discrétionnaire au juge dans les dossiers particuliers, selon le New York Post.

« Il faut frapper quelqu’un de toutes ses forces – ou l’assassiner – pour qu’il y ait des conséquences », a déploré l’ancien membre de l’assemblée de l’État Dov Hikind, fondateur du groupe Americans Against Anti-Semitism, au Post. « Le cas échéant, vous êtes libre. C’est l’ouverture de la saison à New York – l’ouverture de la saison contre des gens innocents. Juifs, musulmans, homosexuels… Ça s’applique à tout le monde mais ce sont les Juifs en particulier qui sont pris pour cibles actuellement ».

Mais un procureur de New York a confié à Pix11 News que les magistrats étaient « furieux » face à la perspective de relâcher des criminels potentiellement violents dans la rue. Les juges ont commencé à faire appliquer la réforme au mois de novembre, anticipant sa mise en vigueur.

La police avait fait savoir que Harris avait giflé trois femmes, âgées de 22 à 31 ans, au visage et à la tête après les avoir rencontrées dans le quartier de Crown Heights, à Brooklyn. Les victimes avaient souffert de blessures mineures, avaient ajouté les forces de l’ordre.

L’avocate de l’inculpée, Iris Ying, s’est refusée à faire un commentaire et, selon le New York Post, Harris a rejeté les questions des journalistes à la sortie d’un tribunal de Brooklyn.

Ce sont au moins six agressions antisémites qui ont été recensées par la police à travers la ville cette semaine – huit depuis le 13 décembre – mais seul un suspect a été libéré sous caution.

Le député de New Yok Dov Hikind (Démocrate) représente le 48ème district de Brooklyn depuis 1983, une zone qui inclue l’une des plus grandes communautés orthodoxes hors Israël (Autorisation)

Ces attaques ont eu lieu dans un contexte d’incidents antisémites croissants aux États-Unis, cette année – qui sont allés de meurtres de masse à des graffitis et autres actes de vandalisme ciblant les Juifs et les institutions communautaires.

Le 10 décembre, deux tireurs étaient entrés dans le supermarché casher JC, à Jersey City, dans le New Jersey, tuant trois personnes avant d’être abattus par la police. Selon les autorités, les auteurs du massacre avaient agi par haine des Juifs et des forces de l’ordre.

Le maire de New York, Bill De Blasio, a déclaré vendredi que la présence policière serait renforcée à Crown Heights et dans deux autres quartiers de Brooklyn hébergeant une importante communauté juive.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...