Rechercher

Une femme de 61 ans succombe à ses blessures à l’hôpital ; son partenaire arrêté

Selon la police, c'est le suspect qui a amené la femme, qui souffrait de problèmes médicaux préexistants, à l'hôpital ; le corps a été envoyé pour autopsie

Illustration : un policier tient une paire de menottes. (Yossi Zamir/Flash90)
Illustration : un policier tient une paire de menottes. (Yossi Zamir/Flash90)

Une femme de 61 ans, hospitalisée pour blessures violentes, est décédée dans la nuit de lundi à mardi, et la police a arrêté son compagnon, soupçonné de l’avoir agressée.

Le suspect, âgé de 55 ans, a amené la femme, résidente de Migdal Haemek dans le nord, à l’hôpital Haemek d’Afula, selon la police israélienne dans un communiqué.

Le personnel soignant qui l’a examinée a trouvé les preuves d’un acte criminel, a déclaré la police.

La police a déclaré que la femme présentait des antécédents médicaux et qu’elle bénéficiait d’une prise en charge.

Son corps a été envoyé pour une autopsie afin de déterminer la cause du décès, tandis que la police continue d’enquêter sur l’incident.

Les activistes déplorent depuis longtemps l’inaction face à la violence contre les femmes en Israël, en particulier dans les cas connus des autorités.

En novembre, la ministre des Transports Merav Michaeli, qui préside également un nouvelle commission ministérielle sur l’égalité des sexes, a annoncé l’allocation de 155 millions de shekels pour un plan national de lutte contre la violence à l’égard des femmes.

En juillet, le ministre des Finances Avigdor Liberman a ordonné que 55 millions de shekels soient immédiatement alloués aux efforts de prévention et de traitement de la violence domestique. Les fonds ont été affecté au financement partiel du plan national de prévention de la violence domestique du ministère des Affaires Sociales, qui bien qu’approuvé en 2017, a vu moins de la moitié des fonds prévus transférés pour sa mise en œuvre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...