Une nouvelle loi polonaise sur la Shoah « immorale » et « honteuse » selon Israël
Rechercher

Une nouvelle loi polonaise sur la Shoah « immorale » et « honteuse » selon Israël

La législation, qui doit encore être approuvée par le Sénat polonais, fixe un délai de 30 ans pour que les Juifs puissent récupérer les biens saisis

Les législateurs polonais pendant le vote - certains au parlement, d'autres à distance - à Varsovie, en Pologne, le mardi 4 mai 2021. (Crédit : AP Photo/Czarek Sokolowski)
Les législateurs polonais pendant le vote - certains au parlement, d'autres à distance - à Varsovie, en Pologne, le mardi 4 mai 2021. (Crédit : AP Photo/Czarek Sokolowski)

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid a qualifié « d’immorale » la nouvelle législation polonaise qui interdirait les demandes de restitution de la Shoah dans le pays et a laissé entendre qu’elle nuirait aux liens polono-israéliens.

« Aucune loi ne changera l’histoire », a déclaré Lapid jeudi, affirmant que le projet de loi « est une honte qui n’effacera pas les horreurs ou la mémoire de la Shoah ».

La législation, qui a été adoptée tard dans la soirée de jeudi avec 309 voix pour, zéro voix contre et 120 abstentions, selon l’agence de presse d’État polonaise PAP, fixe un délai de 30 ans aux Juifs pour récupérer les biens saisis par les forces allemandes nazies, empêchant essentiellement toute demande d’indemnisation de la Seconde Guerre mondiale ou tout appel de décisions antérieures. La législation doit maintenant être approuvée par le Sénat polonais après avoir été approuvée par le Sejm, la chambre basse du Parlement polonais.

« C’est une horrible injustice et une honte qui porte atteinte aux droits des survivants de la Shoah, de leurs héritiers et des membres des communautés juives, qui ont existé en Pologne pendant des centaines d’années », a déclaré Lapid. « Il s’agit d’une action incompréhensible. Cette loi immorale va sérieusement nuire aux relations entre les pays. »

M. Lapid a déclaré qu’il était « extrêmement inquiétant et grave » que la Pologne ignore la Déclaration de Terezin de 2009, non contraignante, qui définit des lignes directrices pour la restitution des biens datant de la Shoah.

« L’État d’Israël se dressera comme un mur de protection pour défendre la mémoire de la Shoah, ainsi que pour défendre l’honneur des survivants et leurs biens », a déclaré le ministre des Affaires étrangères.

Meirav Cohen, ministre de l’Égalité sociale, membre du parti Yesh Atid de Lapid, a également dénoncé les députés polonais pour avoir avancé le projet de loi.

« Les députés polonais devraient baisser la tête et avoir honte de l’étape qu’ils ont franchie ce soir », a tweeté Cohen.

Un fonctionnaire du ministère polonais des Affaires étrangères a déclaré au radiodiffuseur public Kan que la déclaration de Lapid déformait la situation.

« La déclaration de Lapid montre un manque de connaissances car, comme les Juifs, les Polonais ont été la cible d’actes horribles de la part des nazis », a déclaré le fonctionnaire, « et la loi approuvée hier protège effectivement ces héritiers polonais contre les fausses revendications et l’injustice ».

L’Organisation mondiale de la restitution juive a demandé le retrait de la législation plus tôt cette semaine.

« Nous demandons de toute urgence au Premier ministre Morawiecki et au gouvernement polonais d’aborder la question de la restitution des biens privés de manière juste et opportune », a déclaré Gideon Taylor, président des opérations de la WJRO (Organisation mondiale juive pour la restitution des biens). Cette législation « nuirait davantage aux survivants polonais de la Shoah qui ont déjà tant souffert. En 2021, il ne faut pas imposer de nouvelles conditions juridiques insurmontables, qui rendraient impossible la récupération des biens ou la réception d’une juste compensation ».

Bix Aliu, chargé d’affaires de l’ambassade des États-Unis à Varsovie, se serait opposé à cette législation dans une lettre adressée au président du Parlement polonais.

« Ce que nous comprenons, c’est que ce projet de loi rendrait effectivement la restitution ou l’indemnisation des biens de la Shoah ou de l’ère communiste impossible pour un grand pourcentage de demandes », a écrit Bix Aliu selon le quotidien Dziennik Gazeta Prawna, a rapporté Reuters.

Selon Ynet, le président Reuven Rivlin a écrit une lettre en début de semaine au président polonais Andrzej Duda pour exprimer son opposition à la législation.

Le président polonais, Andrzej Duda, s’exprime lors de la 74e session de l’Assemblée générale des Nations unies le 24 septembre 2019, au siège de l’ONU à New York City. (Crédit : Don Emmert / AFP)

La loi « obscurcirait fortement nos efforts conjoints pour renforcer les relations entre nos pays et pour assurer le partenariat entre nos nations », aurait écrit Rivlin. « Étant donné que j’apprécie beaucoup les relations entre nous, j’ai décidé de vous demander que votre estimé gouvernement examine les conséquences d’une telle législation. »

En Pologne, les restitutions liées à la Shoah sont impopulaires parmi de nombreux citoyens, et M. Duda a fait campagne contre celles-ci avant sa réélection l’année dernière. De nombreux citoyens polonais estiment que les demandes de dédommagement ne devraient être adressées qu’à l’Allemagne et qu’il est injuste que la Pologne paie des dommages liés à la Shoah.

« Il n’y aura pas de dommages et intérêts versés pour des biens sans héritier », a déclaré Duda l’année dernière. « Je ne signerai jamais une loi qui privilégiera un groupe ethnique par rapport aux autres. Les dommages et intérêts doivent être payés par celui qui a commencé la guerre. »

La Pologne est le seul pays de l’Union européenne qui n’a pas adopté de législation nationale complète pour restituer ou indemniser les biens privés confisqués par les nazis ou nationalisés par le régime communiste.

Les questions de restitution et de révisionnisme de la Shoah ont à plusieurs reprises empoisonné les liens israélo-polonais. En 2018, Varsovie a adopté une loi rendant illégal d’accuser la nation ou l’État polonais de complicité dans les crimes de guerre de l’Allemagne nazie. La mesure a suscité un tollé de la part d’Israël, mais l’impasse a pris fin quand la Pologne a finalement accepté de modifier la loi pour supprimer toute sanction pénale.

En janvier dernier, M. Duda a refusé d’assister au Forum mondial sur la Shoah à Jérusalem, après n’y avoir pas été invité à prendre la parole. Une semaine plus tard, lors d’une réunion à Cracovie, Rivlin a affirmé que « de nombreux Polonais sont restés à côté et ont même aidé au meurtre de Juifs » pendant la Shoah, ce que la Pologne s’est efforcée de nier, malgré les preuves historiques.

D’éminents historiens israéliens ont affirmé que la Pologne tentait constamment de minimiser les atrocités anti-juives commises par les Polonais avant, pendant et après la Seconde Guerre mondiale.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...