Une pause salée de 36 heures à la mer Morte
Rechercher

Une pause salée de 36 heures à la mer Morte

Il y a toutes sortes de plaisirs à découvrir dans l'endroit le plus bas de la Terre, surtout lors d'une escapade hivernale

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

En route vers le bateau de Jaky Ben Zaken pour une balade sur la mer Morte (Jessica Steinberg / Times of Israël)
En route vers le bateau de Jaky Ben Zaken pour une balade sur la mer Morte (Jessica Steinberg / Times of Israël)

Les rivages rocailleux et remplis de crevasses de la mer Morte, l’eau salée et saturée de sel et le nom nécrosé n’évoquent pas immédiatement un paradis touristique. Pourtant, près de la moitié des visiteurs en Israël se rendent dans l’endroit le plus bas de la planète, ce qui en fait la troisième région la plus visitée du pays, après Jérusalem et Tel Aviv.

Relativement prés de la capitale – à l’abri des crues soudaines – et à deux heures de Tel Aviv, si le trafic est bon, on trouve dans la principale zone touristique d’Ein Bokek, une série d’hôtels et de centres commerciaux.

Un peu plus loin, cependant, on trouve de nombreuses activités en plein air parfaits pour fuir le ciel nuageux et de la bruine morne de la saison d’hiver israélienne.

Le secret est de profiter de la région, sans passer trop de temps dans les magasins pour acheter des produits de la mer Morte et des maillots de bain.

En descendant :

Il y a beaucoup de randonnées et de parcs nationaux dans ce coin de la forêt, depuis le sentier en serpent de Masada et les anciennes merveilles de Qumran, jusqu’aux ruisseaux de David et de Arugot. Il y a aussi des options plus simples qui offrent une vue d’ensemble de la zone sans nécessairement une randonnée longue ou difficile.

Nahal Dragot, également connu sous le nom de Darja en arabe, est une randonnée extrêmement populaire auprès des Israéliens, pour ses cascades, ses piscines naturelles et sa descente en rappel (si vous essayez, assurez-vous d’y aller avec des spécialistes). Mais vous pouvez aussi emprunter la route facile et sinueuse 90 et vous aventurer au-delà des plaines rocheuses où vous avez une vue fantastique sur la région.

Résidu salé incrustant le paysage autour de la Mer Morte. (Jessica Steinberg / Times d’Israël)

Si vous voulez davantage vous dégourdir les jambes, garez-vous sur le parking de l’auberge de jeunesse Metzoke Dragot, et marchez le long de la longue canalisation peinte en jaune, avec des rochers spéciaux à découvrir de chaque côté.

Restez pour le coucher de soleil, il est généralement spectaculaire.

Wadi Salvadora est un autre sentier assez facile dans la région, nommé selon l’arbre Salvadora persica qui pousse à côté du ruisseau. La randonnée, circulaire, se trouve à cinq kilomètres au sud de la plage de minéraux, à présent fermée, il faut deux heures au total pour la parcourir; assurez-vous de prendre le sentier bleu de retour à l’autoroute 90, où vous avez garé votre voiture.

Enfin, pour des chemins plus simples (et si vous êtes avec une personne en fauteuil roulant), promenez-vous dans les jardins botaniques du kibboutz Ein Gedi.

Autour du kibboutz, il y a un jardin avec des sentiers balisés; les panneaux décrivent les plantes. Il y a des points de vue sur le mont Sodome, la rivière Arugot et la mer Morte; un baobab africain – vous vous souvenez du Petit prince ? – avec un tronc massif qui demande à être étreint; un point d’observation des oiseaux; une variété de roches de la région; une quarantaine d’espèces de palmiers; et des jeunes pousses qu’on peut acheter dans une pépinière, ouverte tous les matins de la semaine sauf vendredi et samedi.

Le jardin est ouvert du dimanche au jeudi de 9h00 à 16h00. Vendredi, de 9 h à 14 h; et samedi, de 9h00 à 16h00. L’entrée du jardin coûte 20 NIS par adulte et 15 NIS par enfant et/ou personne âgée.

Coucher de soleil à Metzoke Dragot, sur la route 90, en descendant vers la mer Morte. (Jessica Steinberg / Times d’Israël)

Où dormir :

Il y a plusieurs options. Pour un séjour rustique dans le désert, essayez le Metzoke Dragot Hostel, un hébergement hippie avec des chambres confortables et des huttes, ainsi qu’un espace pour camper.

L’auberge a une cuisine commune pour ceux qui choisissent d’apporter leur propre nourriture, ainsi qu’une salle à manger casher avec petit-déjeuner et dîner. Assurez-vous que le festival tantrique organisé annuellement ne tombe pas à ce moment-là si vous partez avec les enfants.

Le Ein Gedi Kibbutz Hotel est un autre choix qui se différencie des grands hôtels d’Ein Bokek. Il propose une gamme de chambres, des classiques aux suites récemment rénovées en passant par les chambres de luxe. Vous trouverez également une salle à manger casher à service complet sur place.

En bas à Ein Bokek, il y a plus d’une douzaine d’hôtels, dont la plupart exigent un séjour minimum de deux nuits.

Assurez-vous de consulter les sites Web des hôtels pour les offres spéciales, ce qui nous a permis de tomber sur l’Isrotel Ganim, un hôtel quatre étoiles.

L’Isrotel a des chambres familiales spacieuses (pour un maximum de quatre personnes), un hall confortable avec beaucoup de chaises et canapés pour petits et grands, une excellente cuisine (y compris de bonnes options pour les végétaliens), du cappuccino aux petits-déjeuners de la semaine et du bon café le jour du Shabbat, et non pas de l’eau chaude et du café instantané.

Il a également une piscine extérieure et une piscine d’eau salée intérieure pour les clients âgés d’au moins 16 ans.

Pour manger :

Même si vous n’allez pas à Metzoke Dragot, arrêtez-vous pour une limonade fraîche ou un malabi à l’eau de rose chez Yigal Argaman, dans sa camionnette peinte en vert des années 1970 au carrefour de Metzoke Dragot. Il est ouvert la plupart du temps jusqu’à 16 ou 17 heures.

Baobabs aux jardins botaniques Ein Gedi. (Crédit photo: Shmuel Bar-Am)

Chaque hôtel et auberge propose le petit-déjeuner et le dîner, et il y a plusieurs supérettes à Ein Bokek où vous pouvez acheter des produits en conserve, de la pita fraîche, des salades emballées et des produits laitiers, mais les prix sont élevés, parfois le double du prix des supermarchés d’autres villes israéliennes. Cela vaut donc la peine de venir avec ses provisions et de faire un picnic le long du chemin.

Il y a un Aroma et un McDonald’s dans le centre commercial circulaire à l’entrée d’Ein Bokek, qui ne sont pas casher. Plus loin sur la route principale de la ville se trouve un centre commercial avec un restaurant de viande grillée (pas casher), et un Café-Café. Ce n’est peut-être pas la meilleure nourriture que vous ayez mangée, mais c’est correcte (et casher), et les enfants reçoivent une boule de glace gratuite avec leur repas.

Plus d’activités :

Nous avons découvert une façon unique de voir la mer Morte, et de mieux comprendre cette ressource naturelle.

Un aperçu de certains des hôtels le long de l’hôtel Ein Bokek, face à la mer Morte. (Autorisation Isrotel)

Salty Landscapes est dirigé par Jaky Ben Zaken, qui vit dans le kibboutz Mitzpe Shalem, et emmène les visiteurs sur son bateau de dix personnes autour de l’extrémité nord de la mer Morte pour observer les formations de sel et les rochers exposés. Le coût est élevé, à 1 800 NIS par tour en bateau, mais c’est une heure et demie d’exploration fascinante de la région, adaptée aux enfants et aux adultes.

Une pause pour une limonade fraîche et un pudding le long de la route vers la mer Morte. (Jorge Láscar / CC BY 2.0)

Enfin, assurez-vous de faire un plongeon dans la mer Morte. En raison des crevasses, la plage de Minéraux et la plage d’Ein Gedi sont désormais toutes deux fermées, là où se trouvaient autrefois des vestiaires, des cafétérias et des kiosques. Et pendant que les autorités locales déterminent ce qu’il faut faire dans la région, le sable s’est installé dans les vestiaires et les douches extérieures.

C’est toujours un plaisir de flotter dans les eaux salées et riches en minéraux, en regardant les eaux turquoises et tranquilles jusqu’aux étendues de sel et de roches en contrebas.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...