Rechercher

Unilever annonce une hausse des prix des produits, notamment des Krembo

L'augmentation concernera plusieurs produits, des céréales aux produits de toilette, à partir du 1er novembre, mais le prix de l'emblématique glace d'hiver augmentera dès octobre

La ligne de production du snack sucré connu sous le nom de Krembo à l'usine de Rehovot, le 27 octobre 2015. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
La ligne de production du snack sucré connu sous le nom de Krembo à l'usine de Rehovot, le 27 octobre 2015. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Le géant de l’agroalimentaire Unilever a annoncé lundi qu’il prévoyait d’augmenter les prix d’un large éventail de ses produits, dont une gamme populaire de céréales pour petit-déjeuner et l’emblématique Krembo.

Dans une déclaration aux détaillants, Unilever a indiqué qu’il augmenterait les prix à partir du 1er novembre, mais que les prix des Krembo augmenteraient plus tôt, à partir du 2 octobre.

La raison pour laquelle le prix de la friandise à la guimauve enrobée de chocolat augmentera plus tôt n’a pas été précisée.

Selon le communiqué, Unilever, le sixième plus grand fabricant de biens de consommation du pays, a déclaré qu’il était contraint d’augmenter les prix après une « augmentation continue des différents coûts » associés à la fabrication.

Unilever a déclaré avoir fait tout son possible pour que l’augmentation des prix soit la plus limitée possible, et les prix augmentés « ne reflètent pas toute l’ampleur de l’augmentation des coûts de ces dernières années, et Unilever continuera à absorber une partie de ces coûts »

Parmi les marques visées par une augmentation de prix figurent les chocolats Klik, les crèmes glacées Strauss telles que Magnums, Krembo, les céréales pour petit-déjeuner Telma, les produits Knorr, les articles de toilette Dove, la mayonnaise Hellmann’s, etc.

Un rayon de céréales pour petit-déjeuner de la marque Telma. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Unilever – qui est également la société mère de Ben and Jerry’s – est le dernier grand fabricant de produits alimentaires à annoncer des hausses de prix au cours des derniers mois, notamment sur le pain et les produits laitiers de base dont les prix sont largement contrôlés par l’État.

Diplomat, qui est l’un des principaux importateurs et distributeurs de marques telles que le thon Starkist, les produits Kellogg’s, les Oreos, les Pringles, le ketchup Heinz, le beurre de cacahuète Skippy et une gamme de produits d’hygiène et de nettoyage, avait initialement annoncé une hausse des prix, mais a accepté de la reporter après les Fêtes du Nouvel An juif d’octobre en raison du tollé général.

D’autres géants de l’importation et de la distribution, Kimberly Clark Israël – à l’origine de marques telles que Kleenex, Huggies et Kotex – et Schestowitz, qui distribue les produits d’Oatly, Barilla, Colgate et Palmolive, ont également annoncé des hausses de prix en juillet.

Une enquête publiée par l’Institut israélien pour la démocratie en août a révélé que l’économie est la question la plus pressante pour les prochaines élections de novembre, 31 % des personnes interrogées ayant déclaré que l’économie serait le facteur le plus influent dans leur vote.

Des Israéliens font leurs courses au supermarché Rami Levy de Modiin, le 1er février 2022. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

L’indice des prix à la consommation d’Israël, une mesure de l’inflation qui suit le coût moyen des biens ménagers comme la nourriture, les vêtements et le transport, augmente de 1,1 % par mois.

Le coût de la vie dans le pays est monté en flèche récemment, puisque l’inflation dépasse les 5 % et que les prix des logements ont augmenté de 17,8 % au cours de la seule année dernière. L’année dernière, la capitale commerciale d’Israël, Tel Aviv, a été sacrée ville la plus chère du monde.

L’indice d’août doit être publié jeudi. On s’attend à ce que l’inflation ait ralenti, en grande partie en raison d’une récente baisse des prix du carburant.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...