USA : un leader juif collecte des fonds pour un candidat aux propos antisémites
Rechercher

USA : un leader juif collecte des fonds pour un candidat aux propos antisémites

Norm Coleman, chef de la Coalition juive républicaine, organise une collecte de fonds pour Jason Lewis, candidat au Sénat, qui avait évoqué la force du "lobby israélien"

L'ex membre républicain du congrès américain  Jason Lewis annonce sa candidature au sénat dans le Minnesota à Falcon Heights, dans le Minesota, le 22 août 2019 (Crédit : AP Photo/Jim Mone)
L'ex membre républicain du congrès américain Jason Lewis annonce sa candidature au sénat dans le Minnesota à Falcon Heights, dans le Minesota, le 22 août 2019 (Crédit : AP Photo/Jim Mone)

JTA — Norm Coleman, président de la Coalition juive républicaine et ancien sénateur du Minnesota, est en train d’organiser une collecte de fonds pour un candidat au Sénat qui avait déclaré, dans le passé, que le Parti républicain était « contrôlé » par le « lobby israélien ».

Coleman accueillera un événement de levée de fonds le 27 février à Washington. Lewis, membre du Congrès du Minnesota entre 2017 et 2019, espère remporter la primaire républicaine pour affronter la sénatrice en exercice Tina Smith.

L’année dernière, l’émission KFile de CNN avait dévoilé un enregistrement d’une émission radiophonique de débat animée en 2013 par Lewis, dans laquelle il discutait de l’opposition de certains membres de la communauté israélienne au choix de Chuck Hage par Barack Obama au poste de secrétaire à la Défense. Chuck Hage, un ancien sénateur républicain du Nebraska s’était, dans le passé, référé de manière méprisante au « lobby israélien ».

Lewis, lors de cette émission, avait prétendu que les ressortissants américano-israéliens au Congrès comme au sein du gouvernement influençaient la politique concernant Israël. Il avait nommé entre autres John Bolton, qui était alors ancien ambassadeur à l’ONU – alors que celui-ci n’est ni citoyen israélien, ni juif.

L’ancien sénateur américain Norm Coleman s’exprime devant un groupe républicain à Miami, en Floride, le 13 janvier 2011 (Crédit : AP Photo/J Pat Carter)

« Oui, ils ont aujourd’hui le contrôle du Parti républicain, ils le contrôlent », avait dit Lewis. « Le Parti républicain est essentiellement un parti néo-conservateur qui croit en un soutien infini à Israël. Une loyauté aveugle à l’égard d’Israël est le pilier du bon républicain. Et quand se présente ce type de double-loyauté, alors que se passe-t-il si elle n’est pas dans le réel intérêt des États-Unis ? ».

Il avait également fait référence à un « lobby juif américain très fort » pour expliquer le soutien des États-Unis à Israël, clamant qu’il ne le considérait pas comme « négatif ».

Le 15 février, Andrew Kaczynski, journaliste de CNN responsable de l’émission KFile, a écrit sur Twitter que Donald Trump prendrait la parole lors de l’événement de collecte de fonds.

Coleman, qui organise l’événement, a interpellé Kaczynski sur Twitter et soutenu que Lewis avait été « un défenseur constant et fervent d’Israël » pendant ses deux années passées au Congrès.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...