Vaccination/Covid : Israël promet un « passeport vert » aux Israéliens sceptiques
Rechercher

Vaccination/Covid : Israël promet un « passeport vert » aux Israéliens sceptiques

50 % à 75 % des Israéliens refuseraient de se faire vacciner, craignant que la précipitation qui a marqué le processus de fabrication du vaccin ait pu compromettre sa sûreté

Une infirmière israélienne pendant une simulation de vaccination contre la COVID-19 à l'hôpital Sheba Tel haShomer, dans le centre d'Israël, le 10 décembre 2020. (Crédit :  Miriam Alster/ FLASH90)
Une infirmière israélienne pendant une simulation de vaccination contre la COVID-19 à l'hôpital Sheba Tel haShomer, dans le centre d'Israël, le 10 décembre 2020. (Crédit : Miriam Alster/ FLASH90)

Le ministère de la Santé prévoit de remettre aux Israéliens s’étant fait vacciner contre le coronavirus un « passeport vert » qui leur permettra de se soustraire à un certain nombre de restrictions mises en place pour combattre la propagation de la pandémie de coronavirus, ont indiqué des responsables aux médias dans une série d’entretiens accordés dimanche.

Parmi ces droits : assister à des événements culturels, aller au restaurant et ne pas se mettre en quarantaine après avoir été contact avec un porteur confirmé du virus, a expliqué le ministère. Le document sera émis deux semaines après la seconde injection des deux doses nécessaires dans la vaccination contre la COVID-19.

Des sondages ont révélé que 50 % à 75 % des Israéliens refuseraient de se faire vacciner, craignant que la précipitation qui a marqué le processus de fabrication du vaccin ait pu compromettre sa sûreté.

L’Etat juif s’apprête à lancer une campagne massive de vaccination – les premières injections devant avoir lieu normalement dès le 20 décembre.

Le passeport vert permettra aux voyageurs de partir à l’étranger sans se soumettre au préalable à un test de dépistage, comme l’exigent actuellement les règles, a déclaré devant les caméras de la Treizième chaîne Yuli Edelstein, le ministre de la Santé.

Edelstein a souligné que l’idée n’était pas d’offrir des avantages aux personnes qui se faisaient vacciner mais que « celles et ceux qui ne courent plus le danger de tomber malade peuvent assurément faire des choses que d’autres, qui risquent d’attraper la maladie, ne peuvent pas faire ».

Le ministre de la Santé Yuli Edelstein donne une conférence de presse au centre de vaccination contre le coronavirus à Tel Aviv, le 13 décembre 2020. (Crédit : Marc Israel Sellem/Flash90)

« Ce passeport attestera du fait qu’une personne a été vaccinée et il offrira un certain nombre d’avantages, comme une dispense de quatorzaine, l’accès à toutes sortes d’événements culturels, aux restaurants et ainsi de suite », a déclaré le directeur-général du ministère de la Santé Chezy Levy à la Douzième chaîne.

Levy a indiqué qu’il y aurait une sorte de carte de vaccination internationale susceptible d’avantager également les Israéliens se rendant à l’étranger.

Les responsables gouvernementaux considèrent la possibilité de voyager à l’étranger comme une incitation essentielle en faveur de la vaccination, a noté Kan.

Si les décisionnaires sont plus optimistes que les sondages, le passeport vert, espèrent-ils, sera une motivation forte. De même que la probabilité que certains pays refusent d’accueillir des ressortissants israéliens qui ne se seraient pas fait vacciner, indiquait le reportage qui a cité des officiels du gouvernement.

Le directeur-général du ministère de la Santé Chezy Levy pendant une conférence de presse au ministère de la Santé de Jérusalem, le 13 juillet 2020 (Capture d’écran/YouTube)

Le ministère de la Santé va aussi établir une équipe spéciale chargée de lutter contre la désinformation sur les vaccins sur les réseaux sociaux, a noté le reportage.

Elle coopèrera avec Facebook Israël et le ministère de la Justice par le biais de son cyber-département pour supprimer les publications problématiques. Dans des cas extrêmes, les responsables pourront même porter plainte auprès de la police si les informations transmises sont particulièrement erronées et préjudiciables.

« La fin de la pandémie est en vue. Jusque-là, je demande à tout le monde de se soumettre aux règles », a déclaré le Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant une visite dans un centre de vaccination de Tel Aviv. Netanyahu avait ajouté qu’il serait le premier Israélien à se faire vacciner.

S’exprimant devant les caméras de la Vingtième chaîne dimanche soir, il a déclaré que « les risques de ne pas se faire vacciner sont bien plus grands que ceux inhérents à la vaccination et c’est la raison pour laquelle je me ferai vacciner en premier et que j’attends de chacun de vous que vous vous fassiez vacciner ».

La chaîne publique Kan a fait savoir que Netanyahu et Edelstein avaient l’intention de recevoir le vaccin devant les caméras samedi. Ce qui ferait de Netanyahu le premier dirigeant mondial à se faire vacciner.

Le président Reuven Rivlin, les directeurs des hôpitaux et les responsables des organisations des caisses médicales figureront aussi parmi les premiers à recevoir l’injection. Ils seront suivis par les personnels médicaux.

Le ministère de la Santé préparerait actuellement une liste de personnalités et de célébrités qui se feront vacciner face caméra pour montrer l’exemple aux Israéliens, a indiqué la Treizième chaîne.

La chaîne israélienne a ajouté que de hauts-responsables du ministère de la Santé ont appelé à ce que les travaux portant sur le développement du vaccin fabriqué en Israël soient interrompus dans la mesure où « il n’a pas d’intérêt s’il s’avère que nous aurons vacciné plusieurs millions de personnes [avec des produits déjà approuvés] d’ici quelques mois ».

La chaîne a cité des officiels du ministère de la Défense – dont l’Institut biologique qui travaille actuellement sur le développement du vaccin – qui se sont dits surpris d’apprendre cette information via les médias, et qui ont affirmé qu’il n’y avait aucune raison d’abandonner tout le travail qui a déjà été réalisé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...