Vingt parcs nationaux et réserves naturelles ouverts sur réservation mercredi
Rechercher

Vingt parcs nationaux et réserves naturelles ouverts sur réservation mercredi

Les inscriptions se feront sur internet dès mardi, avec un quota de visiteurs et une durée de visite préétablis pour chaque site

La rivière Snir (Crédit : Shmuel Bar-Am)
La rivière Snir (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Une vingtaine de parcs nationaux et de réserves naturelles, dans tout le pays, ouvriront mercredi dans le cadre de la levée des restrictions liées au coronavirus annoncée par le gouvernement lundi.

Une inscription préalable est obligatoire via un site internet en hébreu qui sera lancé mardi, et ce pour garantir que ces parcs et réserves variés se conformeront bien aux exigences du ministère de la Santé. Des quotas de visiteurs seront mis en place pour chacun des sites et la durée des visites sera limitée.

Le mois dernier, l’Association des responsables de la santé publique et la Société pour la protection de la nature avaient émis un plaidoyer conjoint réclamant que les Israéliens soient autorisés à retourner dans les campagnes, affirmant que les espaces verts réduisent la dépression, qu’ils ont un effet positif sur l’hypertension et qu’ils accélèrent le processus de guérison en cas de maladie.

D’un autre côté, pour la faune sauvage, le coronavirus aura été une aubaine.

Des chacals traversent une allée du parc HaYarkon de Tel Aviv, le 13 avril 2020. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)

Les parcs naturels Maayan Harod, de Caesarea, de Yarkon Tel Afek, le Yarkon Park, les parcs d’Apollonia, de Beit Guvrin, de Herodium, de Castel, le parc archéologique d’Ein Gedi et ceux de Masada et d’Ein Habesor vont rouvrir.

Les réserves naturelles de Banias, du Senir, de l’Ayoun, de Yehudiya, d’Ein Afek, de Hula, de Nahal Taninim, d’Enot Tsukim, d’Ein Gedi et de Zin Cliffs seront également accessibles.

Des quotas ont été déterminés selon la taille des lieux et la capacité des visiteurs à respecter la distanciation sociale. Ont été également pris en compte la durée moyenne des visites habituellement, la manière dont affluent les visiteurs et les points d’intérêt où ces derniers risquent de s’attarder.

Le lac à Nahal Taninim (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Dans un communiqué émis mardi, l’Autorité de la Nature et des Parcs israélienne – qui fait face à la perte de dizaines de millions de shekels cette année en raison du confinement des Israéliens et de l’interdiction de se rendre dans les parcs – a appelé le public à se plier aux instructions : il y aura une prise de température à leur arrivée, ils devront porter le masque lorsque cela leur sera demandé, se laver régulièrement les mains à des stations de désinfection installées à cet effet le long du parcours.

Ils devront aussi conserver leurs distances les uns avec les autres, éviter de se rassembler et s’arrêter là où des panneaux l’exigeront.

Ceux qui ne pourront pas donner suite à leur réservation sont par ailleurs appelés à annuler leur venue au préalable afin de permettre à d’autres de prendre leur place.

Les sanitaires seront régulièrement nettoyés et des barrières seront érigées entre le personnel et les visiteurs aux billetteries et autres points d’information. Les paiements ne se feront qu’avec une carte de crédit.

Le nom des sites qui ouvriront jeudi seront publiés sur le site internet de l’Autorité de la Nature et des Parcs.

Aucun projet n’est envisagé, à ce stade, concernant l’ouverture des plages ou autres sites de baignade avec des sauveteurs – mais la randonnée (contrairement à la baignade) sera autorisée le long des points d’eau peu profonds.

Les services – comme les commerces – reprendront, conformément aux instructions ‘Badge violet’ qui ont été rendues publiques il y a deux semaines pour les lieux de travail désireux de reprendre leur activité.

Vue aérienne de Massada. (Crédit : Andrew Shiva/CC BY-SAWikipedia)

Le directeur de l’Autorité de la Nature et des Parcs, Shaul Goldstein, a appelé les visiteurs à respecter les règles relatives à la santé, mais également à conserver la propreté des sites pour les autres – et pour les animaux qui ont profité d’une liberté relative pendant le confinement.

Cela signifie de jeter les détritus dans les poubelles installées à cet effet, éviter le plastique à usage unique, rester sur les itinéraires balisés et circuler lentement et prudemment à proximité des routes où les animaux ont pris l’habitude de se déplacer en l’absence des voitures.

L’Autorité exploite environ 400 réserves naturelles et une centaine de parcs nationaux plus développés, dont un grand nombre inclut des structures de camping particulièrement populaires au printemps – lorsque les familles, les randonneurs et d’autres profitent du temps doux et des paysages encore luxuriants grâce aux pluies hivernales.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...