Virus : 668 nouveaux cas en 24 h – la plus forte hausse depuis début avril
Rechercher

Virus : 668 nouveaux cas en 24 h – la plus forte hausse depuis début avril

Le nombre de cas actifs de COVID-19 s'élève à plus de 6 000 avec 309 décès en tout ; des restrictions sont imposées à Ashdod et Bat Yam et le confinement est prolongé à Arara

Des agents de police font appliquer les directives de distanciation physique au marché Mahane Yehuda, à Jérusalem, le 25 juin 2020 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Des agents de police font appliquer les directives de distanciation physique au marché Mahane Yehuda, à Jérusalem, le 25 juin 2020 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministère de la Santé a fait savoir, jeudi soir, que 668 personnes avaient été testées positives au coronavirus au cours des 24 heures précédentes. C’est la plus forte hausse en l’espace d’une seule journée depuis le début du mois d’avril.

Le ministère a également enregistré un décès consécutif à la maladie. Ce sont dorénavant 309 personnes qui sont mortes des suites de la COVID-19.

Le nombre de cas actifs s’est élevé à plus de 6 000. 47 personnes se trouvent dans un état grave, et notamment 29 sous respirateur. 52 Israéliens sont dans un état modéré, et les autres n’affichent que des symptômes légers ou une version asymptomatique du virus.

Le ministère de la Santé a annoncé que 17 697 tests avaient été réalisés mercredi. Un chiffre inférieur à celui de mardi, où 19 533 tests de dépistage avaient été effectués.

Ce sont 186 personnes au total qui ont été hospitalisées des suites du nouveau coronavirus, et 16 007 ont guéri de la maladie.

Cette hausse des nouvelles infections confirmées est la plus importante depuis le 3 avril, où le chiffre des nouvelles contaminations en l’espace de 24 heures s’était élevé à 819, alors même que de strictes restrictions, dans le pays, ayant pour objectif d’entraver la propagation du virus, étaient encore en vigueur.

Opération de désinfection d’un terrain de jeu public à Bat Yam dans le cadre des mesures visant à prévenir la propagation du coronavirus, le 18 mars 2020. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Avec un nombre de cas qui continue d’augmenter, les ministres du cabinet ont approuvé, jeudi, un prolongement d’une semaine du confinement d’un quartier situé dans la ville bédouine d’Arara, dans le sud du pays, qui présente actuellement le taux d’infection le plus élevé par tête de tout l’Etat juif.

Le directeur-général de la Santé, Chezy Levy, devrait également approuver de nouvelles restrictions dans un certain nombre de communautés qui se sont distinguées par un essor récent des cas de coronavirus.

Dans la ville bédouine de Rahat et dans le quartier Ajami, à Jaffa, des limitations qui étaient mises en vigueur seront levées mais la mise en oeuvre des règles de distanciation sociale sera renforcée, selon un communiqué du ministère de la Santé.

Trois quartiers de la ville d’Ashdod, dans le sud, vont être soumis à des directives de restriction. Les institutions scolaires resteront fermées et les rassemblements de plus de dix personnes seront limités.

De nombreuses écoles resteront également fermées à Bat Yam, une ville côtière du centre du pays, où les rassemblements de plus de dix personnes seront prohibés. Le ministère a noté que l’adhésion du public aux directives pourrait faire l’objet d’un contrôle accru à Bat Yam, lors des mariages, et dans d’autres secteurs qui n’ont pas été précisés.

Selon les chiffres du ministère de la Santé, Bat Yam a enregistré 40 nouveaux cas de COVID-19 au cours de ces trois derniers jours, ce qui correspond à une hausse de 12 % des infections. 373 cas ont été confirmés à Bat Yam depuis le début de la pandémie et 204 sont encore actifs.

Le maire de Bat Yam, Tzvika Brot, a proposé une série de mesures visant à stopper cette augmentation du nombre des contaminations avec notamment la fermeture des plages, dans la ville, entre 10 heures du matin et 17 heures, et la fermeture des synagogues – le ministère de la Santé, pour sa part, n’a pas évoqué le sujet.

Au début de la semaine, les ministres avaient réfléchi à réimposer des restrictions strictes à Bat Yam, mais ils n’avaient finalement pas désigné la ville comme « zone restreinte », comme cela a pu être le cas par ailleurs à Elad et dans certaines parties de Tibériade. Bat Yam inspire des inquiétudes particulières dans la mesure où la population y est relativement âgée par rapport à d’autres secteurs touchés actuellement par une recrudescence de l’épidémie.

La chaîne publique Kan avait indiqué que le ministère de la Santé était, pour sa part, favorable à un déploiement national de restrictions.

Une femme israélienne portant un masque marche sur la plage de la ville côtière d’Ashdod, dans le sud du pays, le 12 juin 2020 (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Cette dernière hausse des nouvelles infections survient alors que, selon des informations, les experts ont mis en garde les ministres face à une possible « perte de contrôle » de l’épidémie dans le pays.

Pour tenter de stopper ce nouvel essor de la maladie, la Knesset a présenté mercredi soir un projet de loi visant à restaurer le programme de surveillance du Shin Bet mis en place pour traquer les porteurs du virus et leurs éventuels contacts – malgré la vive opposition de l’agence elle-même à cette reprise du projet.

Enfin, Benny Gantz, actuel ministre de la Défense, a donné l’ordre au Commandement intérieur d’ouvrir de nouveaux hôtels pour les malades du nouveau coronavirus et pour y organiser des quatorzaines. L’armée exploite actuellement six structures de ce type qui accueillent des personnes contaminées ou dans l’incapacité de s’isoler de manière appropriée dans leurs habitations.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...