Visite d’urgence du ministre des Affaires étrangères allemand contre l’annexion
Rechercher

Visite d’urgence du ministre des Affaires étrangères allemand contre l’annexion

Netanyahu s'est dit déterminé à annexer des parties de la Cisjordanie et travaille sur des cartes à haute résolution, malgré la menace de sanctions de l'UE et l'ambivalence des USA

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, à la suite d'une réunion avec son homologue italien au ministère des Affaires étrangères à Berlin, Allemagne, le 5 juin 2020. (Michael Kappeler/Pool via AP)
Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, à la suite d'une réunion avec son homologue italien au ministère des Affaires étrangères à Berlin, Allemagne, le 5 juin 2020. (Michael Kappeler/Pool via AP)

Le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas devrait se rendre en Israël mercredi pour une visite urgente afin de mettre en garde le Premier ministre Benjamin Netanyahu contre l’annexion de certaines parties de la Cisjordanie.

M. Maas avertira M. Netanyahu que cette décision portera atteinte aux liens d’Israël avec l’Union européenne et avec l’Allemagne, malgré l’importance des relations avec Berlin, selon un reportage de la Treizième chaîne, vendredi.

Malgré la forte opposition de l’UE à l’annexion et l’ambivalence des États-Unis, qui sont aux prises avec de multiples crises internes, M. Netanyahu a déclaré qu’il avait l’intention d’aller de l’avant avec l’annexion. Il a déclaré à plusieurs reprises qu’il était déterminé à annexer unilatéralement toutes les implantations et la vallée du Jourdain, soit au total quelque 30 % de la Cisjordanie, à condition de bénéficier du soutien des États-Unis.

Le Premier ministre a travaillé ces derniers jours à l’élaboration de cartes à haute résolution pour le processus, sur la base des cartes du plan de paix de l’administration Trump, et a l’intention de faire approuver les grandes lignes par les ministres du gouvernement ou la Knesset, selon le reportage télévisé.

M. Maas rencontrera également le ministre des Affaires étrangères, Gabi Ashkenazi, et le ministre de la Défense, Benny Gantz, selon le rapport, qui cite de hauts fonctionnaires israéliens et des sources diplomatiques européennes.

M. Maas devrait dire aux dirigeants israéliens que Berlin considère que sa forte alliance avec Jérusalem est importante et souhaite qu’elle se poursuive, mais que l’Allemagne s’oppose fermement à l’annexion, ce qui nuira aux liens d’Israël avec l’Allemagne et à ses relations avec l’Union européenne.

Les représentants allemands assumeront la présidence de l’Union européenne et du Conseil de sécurité des Nations unies le 1er juillet, le jour même où l’annexion pourra se poursuivre conformément à l’accord de coalition du nouveau gouvernement israélien.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) et le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas lors de leur rencontre à Jérusalem, le 26 mars 2018. (Crédit : Kobi Gideon / GPO)

Maas entend faire comprendre à Israël que l’annexion unilatérale obligera l’Allemagne à choisir entre son alliance avec Israël, et le droit international et les valeurs de l’Union européenne.

Il appellera en particulier Netanyahu, mais aussi Gantz et Ashkenazi, à s’abstenir de mettre l’Allemagne dans une telle situation, a rapporté la Treizième chaîne, notant que la date du 1er juillet pour la mise en œuvre de l’annexion n’est pas figée.

Ces dernières semaines, M. Maas s’est entretenu avec le secrétaire d’État américain Mike Pompeo sur la question de l’annexion, exprimant ses graves préoccupations à ce sujet. Il s’est également entretenu avec le ministre jordanien des Affaires étrangères, Ayman Safadi, et le Premier ministre palestinien, Mohammad Shtayyeh.

L’Allemagne cherche à trouver un moyen d’empêcher une crise internationale causée par l’annexion et à présenter une alternative qui permettra la reprise des négociations entre Israël et les Palestiniens.

Plusieurs jours après la visite de M. Maas, un grand sommet des ministres européens des Affaires étrangères devrait avoir lieu pour discuter de l’annexion. Tant les hauts fonctionnaires israéliens que les diplomates européens estiment que si l’annexion unilatérale se poursuit, comme le souhaite Netanyahu, les États européens pourraient prendre des sanctions contre Israël.

Toutefois, la Douzième chaîne a indiqué que si l’annexion n’a pas lieu en juillet, elle pourrait être reportée indéfiniment en raison de la situation politique aux États-Unis, M. Trump devant se préoccuper des prochaines élections de novembre.

Le rapport indique que si l’annexion est torpillée, Netanyahu pourrait s’en servir comme excuse pour organiser de nouvelles élections.

La Treizième chaîne a également fait état vendredi des attentes généralisées concernant un nouveau tour des élections en Israël en 2021. Selon l’accord de coalition actuel, Netanyahu doit se retirer et laisser le leader de Kakhol lavan Benny Gantz prendre le relais en tant que Premier ministre en novembre 2021.

L’opposition internationale croissante au processus se produit dans un contexte de soutien tiède de la part de Washington.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...