Rechercher

« Vous n’avez pas honte d’être là ? » Bennett chasse Silman d’une réunion de faction

Le Premier ministre s'en est pris à l'ancienne présidente de la coalition qui refuse de se prononcer en faveur de la reconduction de Matan Kahana au poste de ministre

Le Premier ministre Naftali Bennett s'entretient avec le député Idit Silman à la Knesset à Jérusalem, le 5 janvier 2022. (Crédit: Yonatan Sindel/Flash90)
Le Premier ministre Naftali Bennett s'entretient avec le député Idit Silman à la Knesset à Jérusalem, le 5 janvier 2022. (Crédit: Yonatan Sindel/Flash90)

Le Premier ministre Naftali Bennett a expulsé l’ancienne présidente de la coalition Idit Silman d’une réunion de faction de Yamina lundi après son refus de s’engager à soutenir la nomination du député Matan Kahana comme vice-ministre ou ministre des Affaires religieuses.

Vendredi, Kahana avait annoncé sa démission du poste de ministre des Affaires religieuses et son retour à la Knesset afin de « contribuer à renforcer la coalition », évinçant ainsi le parlementaire Yamina Yomtob Kalfon, qui était entré à la Knesset en vertu de la loi dite norvégienne.

Réinvesti à la Knesset, Kahana peut maintenant revenir en tant que ministre ou vice-ministre, à condition de bénéficier d’un soutien parlementaire majoritaire, et assumer à la fois un rôle parlementaire et ministériel.

Kalfon était le dernier député de Yamina à envisager de quitter cette coalition fragile, qui avait déjà perdu deux membres, laissant la coalition de huit partis sans majorité claire.

L’un de ces deux parlementaires est Silman, qui a mis le gouvernement en difficulté lorsqu’elle a quitté la coalition le mois dernier, annulant la majorité d’un siège de la coalition et la plaçant à égalité avec l’opposition, avec 60 sièges chacun.

Selon des fuites de la réunion, suite à la question posée par Bennett aux membres de son parti sur leur intention de voter pour le retour de Kahana au ministère des Affaires religieuses, Silman aurait répondu : « Nous allons en parler ».

Bennett lui a répondu : « Vous n’avons pas honte d’être là ? Je ne comprends pas, comment cela reflète-t-il la discipline de votre parti ?… Vous enfreignez la ligne du parti. »

Le ministre des Affaires religieuses Matan Kahana et la députée Yamina Idit Silman. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Je n’ai pas dit ‘non' », a clarifié Silman, après quoi Bennett lui a demandé de quitter la réunion qu’il a poursuivi sans Silman.

« Je n’ai pas compris ce qu’il voulait de moi », a déclaré plus tard Silman dans une interview avec le site d’information religieux Srugim. « Il a vraiment perdu la tête ».

Selon un sondage publié par la Douzième chaîne ce week-end, seuls 34 % des Israéliens croient Silman lorsqu’elle affirme que sa défection de la coalition découlait de raisons idéologiques, la grande majorité estimant qu’il s’agissait d’une manœuvre purement politique de sa part.

Mme Silman a insisté sur le fait qu’on ne lui avait rien promis en échange de sa démission de la coalition, bien qu’elle ait rencontré le chef de l’opposition Benjamin Netanyahu quelques heures avant de faire son annonce.

Elle a fait valoir que sa décision de quitter la coalition lui a demandé « beaucoup de courage » et a été prise en dépit d’incitations non négligeables pour y rester.

Silman a pris des mesures visant à promouvoir l’effondrement de la coalition actuelle après avoir dénoncé « l’érosion progressive » de l’identité juive d’Israël sous le gouvernement de Bennett.


La députée de Yamina Idit Silman (R) embrasse la députée du Likud Galit Distel Atbaryan à la Knesset le 09 mai 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

L’ancienne présidente de la coalition a affirmé que le statu quo concernant le respect du Shabbat dans la sphère publique, ainsi que d’autres questions relatives à la religion et à l’État, a été violé par le gouvernement.

« Personne n’est prêt à s’opposer au parti Yisrael Beytenu… sur la casheroute, la conversion, le mur Occidental réformé, le Mont du Temple, l’étude de la Torah », a déclaré Silman à la Douzième chaîne dans une interview au début du mois, énumérant les questions sur lesquelles le gouvernement a cherché à promulguer des réformes.

La députée renégate a appelé « ses amis » des partis de droite de la coalition Yamina et Tikva Hadasha à démissionner.

« Le temps du gouvernement est compté… Ce n’est pas seulement qu’il n’a pas la majorité à la Knesset, il n’a pas la majorité au sein de la population », a-t-elle affirmé.

Bennett n’a pas critiqué publiquement Silman pour sa décision de faire défection du gouvernement, mais a déclaré plus tôt ce mois-ci aux députés de son parti qu’elle avait démissionné en raison de la pression insupportable qu’elle subissait de la part des parlementaires de l’opposition et de leurs partisans.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...