Zoabi : « Toute personne normale » rejoindrait la flottille pour Gaza
Rechercher

Zoabi : « Toute personne normale » rejoindrait la flottille pour Gaza

"Nous sommes avant tout Palestiniens, ensuite seulement députés à la Knesset", affirme la députée controversée

La députée Hanin Zoabi lors d'un discours à Knesset (Crédit : Flash 90)
La députée Hanin Zoabi lors d'un discours à Knesset (Crédit : Flash 90)

La deputée controversée Hanin Zoabi, de la Liste arabe unie, a défendu lundi la décision d’un de ses collègues de rejoindre une flottille visant à défier le blocus naval israélien de la bande de Gaza.

Elle a déclaré au micro de la radio militaire que « toute personne normale » essaierait de briser le blocus, et que, si ce n’était pour certaines circonstances, elle aurait aussi rejoint le député Basel Ghattas sur la flottille, qui devrait partir de Grèce vers Gaza dans les prochains jours.

L’armée israélienne a indiqué qu’elle bloquera toute tentative d’atteindre l’enclave contrôlée par le Hamas.

« Je pense que toute personne normale aurait participé à la lutte contre le blocus, contre l’emprisonnement de deux millions de personnes », a déclaré Zoabi.

Le député arabe israélien Basel Ghattas de la Liste arabe unie (à gauche) à la Knesset le 12 février 2015 (Hadas Parush / Flash90)
Le député arabe israélien Basel Ghattas, de la Liste arabe unie (à gauche), à la Knesset, le 12 février 2015 (Hadas Parush / Flash90)

« J’ai été élue pour défendre la liberté et la justice. J’ai été élue en tant que Palestinienne. Je [me considère] membre du peuple palestinien, avant [de me considérer comme] parlementaire israélienne », a-t-elle dit.

La députée a également laissé entendre qu’elle aimerait voir les dirigeants politiques et militaires d’Israël poursuivis devant la Cour pénale internationale, et que personne en Israël ne devrait s’attendre à vivre « une vie normale », tant que le blocus continue.

Le Mavi Marmara au large des côtes d'Israël en mai 2010 (Crédit photo : Kobi Gideon/Flash90)
Le Mavi Marmara au large des côtes d’Israël, en mai 2010 (Crédit photo : Kobi Gideon/Flash90)

Zoabi avait participé à la flottille de Gaza en 2010, au cours de laquelle 10 activistes turcs avaient été tués à bord du Mavi Marmara après s’être violemment opposés à des commandos de marine de Tsahal qui avaient tenté de réquisitionner le bateau.

Comme mesure punitive pour son implication, elle a été déchue par la Knesset d’un certain nombre de privilèges parlementaires.

Ghattas a déclaré aux médias en hébreu, depuis la Grèce, qu’il compte  poursuivre ses plans pour rejoindre cette nouveau flotille.

« Nous n’avons pas d’armes à bord. Si l’armée israélienne prend d’assaut le navire, nous n’allons pas résister, nous allons essayer de convaincre les soldats de nous laisser passer », a-t-il déclaré lundi à la radio militaire.

« Je vois cela comme un acte politique légitime et non-violent », a-t-il dit.

Ghattas a été vivement critiqué par les membres de la plupart des partis juifs. Un député a qualifié le mouvement d’ « acte politique qui donne une légitimité au gouvernement du Hamas ».

Les militants pro-palestiniens à bord des navires ont indiqué qu’ils apportaient des fournitures humanitaires destinées aux résidents de la bande de Gaza assiégée et ont demandé au gouvernement israélien de les laisser passer.

L’un d’eux, Dror Feiler, un Israélien d’origine qui vit aujourd’hui en Suède, a déclaré au nouveau site Walla qu’Israël « doit comprendre que le blocus de Gaza n’est ni constructif ni efficace », et que les journalistes d’al-Jazeera étaient à bord pour documenter la réaction de l’armée israélienne à la flottille et pour lutter contre la « désinformation » israélienne.

Dror Feiler, au centre, prend la parole lors d'une conférence de presse de la Flottille de la Liberté le 12 août 2014, à Istanbul  (Crédit photo: AFP / BULENT KILIC)
Dror Feiler, au centre, prend la parole lors d’une conférence de presse de la Flottille de la Liberté, le 12 août 2014, à Istanbul. (Crédit photo: AFP / BULENT KILIC)

« Nous sommes contre la violence. J’invite l’armée israélienne à monter à bord du navire et à vérifier que nous n’apportons rien à Gaza qui puisse nuire à Israël. Nous avons des medicaments, des cœurs artificiels et des centaines de ballons de football pour les enfants », a déclaré Feiler.

Malgré l’interdiction de certains matériaux de construction dont Israël craint qu’ils puissent être utilisés par le Hamas à des fins militaires, l’Etat juif transfère régulièrement des denrées alimentaires, des biens et des fournitures médicales à l’enclave côtière via un certain nombre de passages frontaliers terrestres.

De concert avec l’Egypte, Israël a imposé un blocus sur la bande de Gaza en 2007, lorsque le groupe terroriste du Hamas a pris le contrôle de l’enclave lors d’un coup d’Etat sanglant, évinçant la direction de l’Autorité palestinienne. Israël, comme de nombreux pays occidentaux, considère le Hamas comme une organisation terroriste.

Les deux pays affirment que le blocus est destiné à empêcher le Hamas d’importer des armes dans la bande de Gaza.

L’armée israélienne a intercepté un certain nombre de navires civils transportant des armes qui se dirigeaient vers Gaza au cours des dernières années. Il a également contrecarré des tentatives d’activistes pour briser le blocus.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...