Quatre Israéliens ont été tués mardi matin dans l’attaque d’une synagogue à Jérusalem par deux Palestiniens qui ont été abattus par la police, a affirmé une porte-parole de la police.

« Deux terroristes sont entrés dans la synagogue dans le quartier de Har Nof. Ils ont attaqué à la hache et avec un pistolet. Quatre fidèles ont été tués. Des policiers arrivés sur place ont tiré et tué les deux terroristes », a précisé la porte-parole de la police Louba Samri.

Le porte-parole du bureau du Premier ministre indique sur son compte Twitter que Netanyahu rend responsables le Hamas et Mahmoud Abbas, accusant « l’incitation à la haine menée par Abbas et le Hamas, et ignorée, de façon irresponsable par la communauté internationale. »

Dans un autre tweet, Netanyahu ajoute : nous allons répondre de manière décisive à l’horrible assassinat de Juifs qui sont venus pour prier et qui ont été tués par des assassins méprisables, rapporte Ofir Gendelman. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a prévenu qu’Israël allait réagir « avec une poigne de fer à ce meurtre de juifs »

La porte-parole a précisé que quatre fidèles ainsi que deux policiers qui sont intervenus contre les terroristes avaient été blessés. Elle a également indiqué que les terroristes étaient des Palestiniens de Jérusalem-Est.

La synagogue attaquée est située à Har Nof, un quartier ultra-orthodoxe juif de Jérusalem-Ouest.

Cet attentat, le plus meurtrier depuis des années dans la Ville sainte, est une « réponse au meurtre du martyr Youssef Ramouni », un conducteur palestinien de bus retrouvé mort lundi dans son véhicule à Jérusalem-Ouest, a assuré le Hamas. La police après autopsie avait déclaré que l’homme s’était suicidé.

Les deux terroristes venaient du quartier de Jabel Mukaber, à Jérusalem-Est, a rapporté la Deuxième chaîne. Les forces de sécurité étaient dans le quartier.

Un témoin a indiqué à la radio que l’attaque avait provoqué la panique dans la synagogue: « J’ai entendu des coups de feu et un des fidèles est sorti du bâtiment et a crié ‘il y a un massacre' ».

Selon Gal Berger, le correspondant de la radio israélienne, des sources palestiniennes ont déclaré que les terroristes étaient des cousins, nommés Saïd Abou Jamal et Uday Warsan. Il a indiqué également que les responsables du Hamas à Gaza et le Qatar ont fait savoir que l’attaque était une « vengeance pour le meurtre de chauffeur de bus arabe à Jérusalem. »

Le ministre de la Défense Moshe Yaalon a convoqué une réunion d’urgence à la suite de l’attaque.

Le ministre de l’Economie Naftali Bennett, chef du Foyer juif, un parti religieux nationaliste a dénoncé la responsabilité du président palestinien. « Mahmoud Abbas par ces incitations à la violences a déclaré la guerre à Israël, et nous devons réagir en conséquence », a-t-il affirmé à la radio militaire.

Le ministre de la Sécurité intérieure Yitzhak Aharonovitch s’en est également pris aux dirigeants palestiniens sur les lieux de l’attentat, leur imputant une vague de « terrorisme populaire ».

Le chef de la diplomatie américaine, John Kerry, en visite à Londres, a dénoncé comme un acte de « pure terreur » l’attaque contre la synagogue.

Le quartier ultra-orthodoxe de Har Nof où l’attaque est survenue se situe à l’extrémité ouest de Jérusalem. Il a été généralement à l’abri de la violence qui a secoué la ville au cours des dernières semaines.

Cette attaque intervient un jour après que les tensions à Jérusalem se soient une fois de plus aggravées, à la suite du probable suicide d’un chauffeur de bus arabe dimanche soir. La famille de ce dernier a affirmé qu’il avait été tué par des extrémistes juifs, déclenchant des émeutes dans la capitale lundi.

Un des fidèles a dit que les deux terroristes ont crié « Allahu Akbar » lors de l’attaque, et sont entrés dans la synagogue avec leurs visages découverts.

Des photos prises après l’attaque à l’intérieur de la synagogue montrent les victimes ensanglantées gisant sur le sol, encore enveloppées dans leurs châles de prière et portant leurs phylactères.

Une vidéo prise par un passant montre la police engagée dans une fusillade avec les terroristes.

Le porte-parole du mouvement terroriste, Sami Abou Zouhri, a ajouté que cette attaque était également « une réponse à la série de crimes de l’occupant (israélien) à (la mosquée d’) Al-Aqsa ».

« Le Hamas « appelle à poursuivre les opérations », a-t-il encore dit, alors que Jérusalem a récemment connu plusieurs attentats, notamment à la voiture bélier. Aucun n’a été revendiqué, mais certains ont été menés par des membres du Jihad islamique ou du Hamas.

Le Jihad islamique, de son côté, a vu dans l’attaque, menée à la hache et au pistolet selon la police israélienne, « une réponse naturelle aux crimes de l’occupant »