Le Sénégal a défendu dimanche son vote à l’ONU contre la construction dans les Territoires palestiniens et à Jérusalem-Est, après la décision d’Israël de rappeler son ambassadeur à Dakar et d’annuler son programme d’aide.

« Il faut saluer la position du Sénégal. La communauté internationale salue la position du Sénégal et notamment les pays musulmans », a affirmé le porte-parole du gouvernement Seydou Guèye sur la télévision publique.

« Le Sénégal a tenu à être conforme à sa vision de la diplomatie. Depuis 1975, le Sénégal préside le comité pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien. Ce n’est pas parce que le Sénégal soutient le peuple palestinien qu’il est contre Israël », a ajouté M. Guèye. Ce comité, un organe de l’ONU, a été créé en 1975.

Interrogé sur l’annulation par Israël de tous les programmes d’aide à Dakar, il a indiqué que « l’Etat du Sénégal n’est pas officiellement informé. Quand il sera saisi d’une telle décision, il donnera une suite ».

Il ne s’est pas exprimé sur l’annonce par Israël du rappel de son ambassadeur à Dakar.

Le Sénégal, actuellement un des dix pays membres non permanents du conseil de sécurité, a rétabli ses relations diplomatiques avec Israël en 1995.

La résolution initialement proposée par l’Egypte et qui devait être votée jeudi, avait finalement été présentée au vote vendredi à l’initiative de la Nouvelle-Zélande, du Sénégal, de la Malaisie et du Venezuela, après une volte-face du Caire.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a annoncé quelques heures seulement après le vote de la résolution, le rappel « immédiat » de ses ambassadeurs en Nouvelle-Zélande et au Sénégal « pour consultations ».

Il a également décidé d’annuler la visite du ministre sénégalais des Affaires étrangères, prévue en janvier, ordonné l’annulation de tous les programmes d’aide au Sénégal, et l’annulation des visites en Israël des ambassadeurs non résidents du Sénégal et de Nouvelle-Zélande.

Le texte voté vendredi exhorte Israël à « cesser immédiatement et complètement toute activité de colonisation en territoire palestinien occupé, dont Jérusalem-Est ».

Il a été adopté vendredi par le Conseil de sécurité de l’ONU après la décision des Etats-Unis de ne pas utiliser leur droit de veto.