Un ministre israélien a appelé mardi à l’assassinat du président syrien Bashar el-Assad, déclarant qu’il « n’a pas sa place dans ce monde ».

Pendant une conférence, près de Jérusalem, Yoav Galant, ministre du Logement et de la Construction, ancien général de l’armée israélienne, a déclaré qu’après les récentes accusations sur les exécutions de masse menées par le régime d’Assad, et la crémation des corps des victimes, il devait être tué.

« La réalité de la situation en Syrie, c’est qu’ils exécutent le peuple, utilisent des attaques chimiques dirigées contre lui, et, dernier extrême, brûlent leurs corps, ce que nous n’avons pas vu depuis 70 ans », a déclaré Galant en faisant référence à la Shoah.

Lundi, le département d’Etat américain a accusé le régime d’Assad d’exécuter des milliers de prisonniers et de brûler leurs corps dans un grand crématorium proche de la capitale.

Le président syrien Bashar el-Assad, dans son bureau à Damas, le 12 février 2016.(Crédit : Joseph Eid/AFP)

Le président syrien Bashar el-Assad, dans son bureau à Damas, le 12 février 2016.(Crédit : Joseph Eid/AFP)

« A mon avis, nous franchissons une ligne rouge. Et à mon avis, il est temps d’assassiner Assad. C’est aussi simple que cela », a dit Galant, qui dirigeait autrefois le Commandement du Sud de l’armée israélienne.

Galant a expliqué qu’assassiner Assad était comme « couper la queue d’un serpent », et qu’il faudrait après « se concentrer sur sa tête, qui est Téhéran. »

Après son discours, pendant une conversation avec le Times of Israël, Galant s’en est tenu à ses propos.

Il a reconnu que les assassinats politiques ciblés étaient illégaux au regard du droit international, mais a précisé qu’il ne « parlait pas des détails pratiques. »

Il a cependant ajouté que « quiconque assassine un peuple et brûle leurs corps n’a pas sa place dans ce monde. »

Le département d’Etat a déclaré qu’il pensait que 50 détenus étaient pendus tous les jours dans la prison militaire de Saydnaya, à 45 minutes au nord de Damas. La plupart des corps, a-t-il ajouté, sont ensuite brûlés dans un crématorium.

« Nous pensons que la construction d’un crématorium est une tentative de couvrir l’étendue des meurtres de masse qui ont lieu », a déclaré Stuart Jones, diplomate américain en charge du Moyen Orient, qui a accusé le gouvernement syrien de plonger dans « un nouveau niveau de dépravation. »

Pendant son discours, Galant a également ajouté que, d’un point de vue plus général, Assad et son allié le Hezbollah, groupe terroriste libanais, étaient de plus grandes menaces pour le monde que l’Etat islamique et d’autres groupes terroristes sunnites.

Galant s’exprimait à l’occasion d’une conférence présentant une publication de l’armée israélienne « Guerre au sol et logistique », au musée du tank de Latroun.

« Le monde effacera Daesh [acronyme arabe de l’Etat islamique], les Frères musulmans et Al-Qaïda », a-t-il déclaré.

Il a précisé que son opinion provenait du fait que ces groupes terroristes n’ont pas le même niveau de soutien que la Syrie et le Hezbollah, aidés par l’Iran.

Des agences ont contribué à cet article.