Le géant américain des puce, Intel Corp., a annoncé jeudi avoir équipé huit stades de la National Football League aux États-Unis avec des caméras haute définition qui permettront aux fans de voir le jeu sous tous les angles et de recréer les moments marquants à 360 degrés pour une expérience plus vivante.

Les caméras — qui sont prêtes pour la saison 2017 — sont équipées de la technologie « freeD » d’Intel qui a été développée par la start-up israélienne Replay Technologies, fondée en 2011 et qu’Intel a acheté l’année dernière.

Les huit stades qui viennent d’être équipés avec cette technologie sont les stades des Arizona Cardinals, Carolina Panthers, Cleveland Browns, Indianapolis Colts, Kansas City Chiefs, Minnesota Vikings, New England Patriots et celui de Washington Redskins, a précisé Intel dans un communiqué.

Ces stades rejoindront les stades des Baltimore Ravens, Houston Texans et San Francisco 49ers qui bénéficient déjà de la technologie Intel.

Le système freeD permet aux diffuseurs de geler la vidéo, de faire pivoter l’angle de vue et de zoomer sur l’action. Il a été utilisé pendant d’autres événements sportifs, y compris par la NBA et lors des Jeux olympiques.

Pour les matchs dans les stades où la technologie FreeD a été installée, les fans pourront accéder et partager les moments marquants via NFL.com, l’application mobile NFL et la chaîne YouTube de la NFL, ainsi que sur les offres numériques de l’équipe NFL, selon le communiqué. Les fans pourront également voir les replays améliorés dans les stades eux-mêmes, pour voir de plus près l’action sur le terrain.

« En étendant la FreeD a plus d’équipes à travers la NFL, nous offrons aux fans la possibilité de voir tous les aspects du match et de revivre l’excitation des moments qui ont changé le jeu », a souligné James Carwana, le directeur général d’Intel Sports.

« Au cours du Super Bowl LI [au NRG Stadium de Houston en 2017], les supporters ont pu voir un moment crucial du point de vue du quarterback. Voir les moments-clés de près et avec de nouvelles perspectives redéfinit ce que signifie regarder un match ».

En plus des caméras ultra-haute définition 5K, chaque lieu est équipé de serveurs qui traitent jusqu’à 1 téraoctet de données par clip de 15 à 30 secondes.

Après avoir capturé ces données, la vidéo volumétrique est alimentée par des kilomètres de câbles à fibres optiques depuis une salle de contrôle spéciale, où l’équipe de production Intel recrée virtuellement le clip sélectionné en 3D à partir d’un point de vue idéal ou de la perspective d’un joueur pour amener les fans directement dans le jeu avec des angles de vue que les caméras traditionnelles ne peuvent pas fournir, indique la déclaration.

Le format de vidéo freeD de Replay utilise des algorithmes capables de créer des pixels 3D de toute la surface d’une scène pour construire la scène en temps réel, en fonction de l’image 2D, en tenant compte de la distance, de l’éclairage, de l’exposition, des objets de l’image et d’autres critères. Le résultat est une image qui imite efficacement un hologramme, ce qui lui permet d’être visualisé en une seule scène sous n’importe quel angle.

La start-up israélienne a commencé à travailler avec Intel en 2013. Les termes de l’accord de vente à Intel n’ont pas été divulgués, mais les médias israéliens ont estimé la vente à 170 millions de dollars.

En janvier, une publicité d’Intel avec le quarterback de l’équipe New England Patriots, Tom Brady, a présenté la technologie vidéo développée par Replay.

L’acquisition par Intel de Replay fait partie de sa stratégie d’être un acteur dans le monde sportif numérique, avec une approche plus individuelle, tournée vers les fans, permettant aux fans d’être en plein milieu de l’action.