L’Agence juive a déclaré samedi qu’elle fournirait une aide d’urgence pour les Juifs en Ukraine, au vu de l’agitation politique qui ravage le pays.

Le président de l’Agence juive, Natan Sharansky, a déclaré que l’organisation aiderait les institutions juives à renforcer la sécurité dans le pays. Lancer une collecte de fonds pour aider à augmenter la sécurité fait aussi partie de ses projets.

« Les événements récents ont montré que nous devons renforcer les mesures de sécurité de ces institutions. Nous avons la responsabilité morale de veiller à la sécurité des Juifs d’Ukraine », a déclaré Sharansky.

Plus tôt samedi, le président Viktor Ianoukovitch a fui Kiev après des mois de manifestations violentes, et le parlement ukrainien a annoncé de nouvelles élections présidentielles qui se dérouleront en mai.

L’Ukraine est le foyer de quelque 70 000 Juifs.

La chef de l’opposition et ancien Premier ministre, Ioulia Timochenko, a été libérée de prison et a annoncé après sa sortie se présenter aux élections présidentielles.

Sharanksy déclare que l’Agence juive suivait de près les événements en Ukraine et était en contact avec les dirigeants de la communauté juive.

« L’aide de l’Agence juive vise à accroître la sécurité dans les établissements communautaires juifs en Ukraine », a-t-il affirmé.

Un porte-parole de l’Agence Juive a déclaré ne pas savoir encore à quelle hauteur l’aide financière s’élevait pour la communauté juive ukrainienne.

L’aide financière immédiate proviendra du Fonds d’aide d’urgence de l’Agence juive pour les communautés juives, qui a été créé après la fusillade de Toulouse en 2012.

Misha Galperin, directeur général de l’Agence juive pour le développement international, a déclaré dans un communiqué que l’organisation, « cherche maintenant à alimenter le fonds pour étendre l’aide aux communautés juives d’Ukraine, afin de renforcer leurs mesures de sécurité. »

L’Ukraine a connu une série d’attaques antisémites au cours de ces derniers mois. Deux hommes juifs ont été attaqués devant une synagogue de Kiev le mois dernier.

Le rabbin Pinhas Goldschmidt, président de la Conférence des rabbins européens, a déclaré en janvier que la tolérance de l’opposition et du gouvernement ukrainien aux déclarations antisémites a libre cours en Ukraine.

Il a appelé le gouvernement à protéger les Juifs ukrainiens et à résoudre le problème de l’antisémitisme.