L’explosion lundi dans le camp de réfugiés de Shati au nord de Gaza pourrait facilement devenir l’incident qui va changer la face du conflit en cours entre Israël et le Hamas.

L’incident, apparemment né d’un tir de roquette raté par le Jihad islamique, a incité le Hamas à se lancer dans une série d’attaques mortelles contre des cibles israéliennes plus tard dans la journée de lundi, provoquant de nombreuses victimes au sein de l’armée israélienne (10 pour la seule journée de lundi).

Les perspectives d’une offensive terrestre israélienne élargie sont devenues plus probables, ne donnant donc aucun signe que l’opération « Bordure Protectrice » ne touche à sa fin.

Pour les habitants de Gaza, ce sont de mauvaises nouvelles – plus de morts et de blessés en perspective, et plus de quartiers dévastés. Cela peut se révéler aussi de mauvais augure pour le Hamas, en dépit de son « succès » en tuant des soldats israéliens.

L’explosion de Shati – qui à Gaza est largement imputée à Israël – a peut-être donné une nouvelle légitimité au Hamas d’attaquer Israël pour venger les enfants qui y sont morts. Mais il peut ne pas être en mesure de résister aux attaques israéliennes qui se sont intensifiées.

La journée de lundi avait commencé dans un calme relatif. On avait signalé depuis dimanche que le Hamas ne cherchait pas une escalade du conflit et certainement pas pendant les trois jours de l’Aïd al-Fitr. La pression du public de Gaza semblait également avoir son impact, et les islamistes donnaient aussi l’impression d’être à la recherche d’une porte de sortie.

Après un calme relatif lundi matin, les responsables du Hamas ont même fait savoir aux principaux responsables du Fatah qu’ils allaient bientôt se joindre aux négociations sur un cessez-le-feu conformément à la proposition égyptienne, mais pas à celle du Qatar et de la Turquie.

L’Egypte devait rassembler une délégation de responsables du Fatah et du Hamas après l’Aïd al-Fitr pour commencer la discussion d’une cessation des hostilités, et en même temps avoir des entretiens avec une délégation de la sécurité israélienne sur les moyens d’atténuer le blocus de Gaza.

Et alors que les tirs sporadiques de mortier se poursuivaient tout au long de la journée, cela s’est révélé inefficace.

Puis vint l’incident de Shati, qui a été initialement présenté comme une attaque israélienne sur une école maternelle publique. Une zone remplie d’enfants, qui profitaient un peu du répit des combats. Les rapports initiaux ont fait savoir que huit enfants et deux adultes avaient été tués. Les images diffusées à partir de la bande ont montré des scènes de dévastation terribles.

Cependant, peu de temps après, l’armée israélienne a mis au clair qu’elle n’était nullement impliquée. Yoav Mordechai, le coordinateur de l’armée israélienne pour ses activités dans les territoires, a déclaré, dans un rapport qui a également été présenté aux médias officiels palestiniens, que le Djihad islamique avait tenté de tirer des roquettes sur Ashkelon, et que l’une d’entre elles était tombée dans un jardin d’enfants, et l’autre sur l’hôpital Shifa de Gaza.

Sans surprise, le Hamas a nié avec véhémence ce rapport, le qualifiant de fabrication sioniste. Mais cela a marqué la première clarification publiée par l’armée israélienne au cours du conflit, et cela ne peut être facilement rejeté.

Pourtant, le Hamas a choisi de réagir en mettant en scène une attaque de tunnel, en intensifiant des mortiers à travers la frontière, et en tirant davantage de roquettes de longue portée sur Israël, avec des conséquences dévastatrices. Apparemment, le Hamas s’était préparé à ce genre de possibilité.

Néanmoins, la position du Hamas ne s’est pas significativement améliorée par rapport à lundi. Il a certes tué plus de soldats israéliens, mais il sait que le prix sera lourd pour les habitants de Zeitoun et d’autres zones où l’armée israélienne est à l’œuvre ou se prépare à intervenir.

Le Hamas place maintenant, et de manière ironique, ses espoirs dans le fait que la communauté internationale, dirigée par les États-Unis, modérera la réponse israélienne, et évitera des attaques israéliennes trop sévères sur le Hamas et sur Gaza en général.