L’Iran a envoyé des dizaines de millions de dollars à l’aile militaire du Hamas pour aider à reconstruire les tunnels utilisés par le groupe terroriste dans ses opérations contre Israël et reconstituer son arsenal de roquettes, a rapporté le Sunday Telegraph, citant des sources du renseignement.

Le financement vise à remettre en état l’infrastructure souterraine à Gaza, détruite pendant le conflit de l’été 2014 avec Tsahal, pendant lequel l’armée a démoli plus de 30 tunnels dans l’enclave côtière. Le Hamas a utilisé ses tunnels, dont un grand nombre débouchait sur le territoire israélien, pour lancer des attaques terroristes meurtrières contre les forces et les communautés civiles israéliennes.

L’aide iranienne est également destinée à reconstituer le stock de missiles du Hamas, amoindri pendant le conflit de 50 jours, selon le Telegraph.

L’article n’indique pas quand les fonds ont été transférés au groupe terroriste gazaouite.

Les fonds sont considérés comme le signe d’un réchauffement des relations entre l’Iran chiite et le Hamas, aligné avec l’islam sunnite.

Dans le passé, l’Iran soutenait le Hamas, mais suite la guerre civile en Syrie, lorsque celui-ci s’est rangé du côté des rebelles sunnites aspirant à renverser le régime du président Bashar el-Assad, les relations entre les deux se sont rompues. L’Iran a pris des mesures pour renforcer Assad, directement et via ses alliés, le Hezbollah basé au Liban, aligné avec les chiites.

« Les dirigeants chiites iraniens s’efforcent d’accroître leur influence dans toute la région au détriment des régimes sunnites, » a confié au Telegraph un haut fonctionnaire de la sécurité occidentale.

« Mais il y a un sentiment croissant dans toute la région que Téhéran s’est surestimé, et se trouve maintenant face à un retour de manivelle. »

Des sources de sécurité israéliennes ont déclaré en mars que le Hamas investit des efforts considérables dans la création d’un nouveau réseau de tunnel dans l’enclave côtière, ainsi que plusieurs tunnels destinés à d’éventuelles attaques transfrontalières.

Mais selon ces sources, l’organisation terroriste s’abstient de traverser le sol israélien, afin d’éviter une éruption des hostilités.

Des résidents locaux ont déclaré que la preuve que le Hamas continue à creuser peut être observée du côté israélien de la frontière. Certains ont documenté une construction de tunnels à plusieurs centaines de mètres de la frontière.

Selon des sources sécuritaires, quelques tunnels d’attaque seulement sont creusés, comparés aux dizaines qui étaient opérationnels immédiatement avant et pendant le conflit de l’été 2014.