L’auteur présumé de l’agression d’un rabbin vendredi à Casablanca a été arrêté lundi alors qu’il venait de s’en prendre à un autre Marocain de confession juive, a annoncé la préfecture de police, selon qui l’homme présente « des troubles mentaux ».

Il a été arrêté en matinée « en flagrant délit alors qu’il jetait des pierres sur un autre citoyen marocain de confession juive », en pleine rue, a indiqué cette source dans un communiqué cité par l’agence MAP.

L’homme, dont l’identité n’est pas précisée, « a été formellement identifié par ses victimes » et l’enquête « déterminera exactement les circonstances et les motivations de cet acte criminel », est-il précisé.

Un rabbin de Casablanca, Moshe Ohayon, avait été agressé vendredi par un jeune homme qui avait fait référence aux derniers développements du conflit israélo-palestinien, selon le site de l’hebdomadaire Tel Quel.

« Nta ihoudi ? (tu es juif ?). Qu’est-ce que fait Tsahal (l’armée israélienne) à nos frères ? », avait déclaré l’agresseur avant de frapper le rabbin et de le rouer de coups au sol, selon le récit de la victime.

Des proches ont affirmé à l’AFP que le rabbin avait notamment trois côtes cassées.

Cet incident est intervenu quelques heures avant la tenue, vendredi soir, de manifestations à Rabat et Casablanca « en solidarité avec le peuple palestinien ».

Un millier de personnes y ont participé pour dénoncer les opérations militaires israéliennes contre la bande de Gaza.

Dans un communiqué, les autorités marocaines avaient fustigé la veille « l’escalade militaire (…) injustifiée et inadmissible » d’Israël.

Le Maroc compte environ 5 000 citoyens juifs, soit la principale communauté juive d’Afrique du nord. Ils étaient près de 300 000 au milieu du siècle dernier.