Marwan Mughniyeh, un haut-commandant du Hezbollah, dont le cousin Imad Mughniyeh aurait été éliminé par Israël, a été tué dans des combats acharnés en Syrie vendredi, selon des sources de l’opposition syrienne.

Mughniyeh a été tué dans une bataille avec les rebelles pour renverser le président syrien Bachar al-Assad, dans la région de Qalamoun, au nord-est de Damas, ont indiqué les sources.

Il serait le commandant des opérations spéciales de la milice chiite libanaise, qui a combattu aux côtés des forces du régime dans la guerre civile syrienne.

Le Hezbollah a annoncé samedi sur sa chaîne de télévision Al-Manar qu’aidé des forces du régime, il a pris le contrôle de la plus grande base du Front Al-Nusra dans la région, à Sahlet al-Maaysra.

Mardi, le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a menacé d’expulser les insurgés de la région. Depuis lors, le groupe a pris le contrôle de plusieurs positions avec le soutien aérien du régime, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme et d’après des sources militaires syriennes.

La région de Qalamoun chevauche la frontière entre la Syrie et le Liban. C’était un bastion rebelle jusqu’à une importante opération de troupes du régime syrien soutenues par le Hezbollah l’année dernière.

Une source syrienne sur le terrain a confié à l’AFP que les troupes syriennes et leurs « alliés » ont progressé aux alentours d’Assal al-Ward, un petit village contrôlé par le régime près de la frontière libanaise, et que « des dizaines de terroristes » ont été tués.

« Les forces du régime et le Hezbollah ont pris le contrôle d’un certain nombre de collines surplombant Assal al-Ward, après les bombardements aériens intenses et les attaques avec des armes fabriquées en Iran », a déclaré le chef de l’Observatoire, Rami Abdel Rahman.

Il a souligné que les batailles « ont été menées par le Hezbollah, avec la participation de l’armée syrienne, notamment de la Garde républicaine ».

Les forces rebelles ont affirmé que des dizaines d’hommes du Hezbollah ont été tués dans les combats.

Le cousin de Marwan Mughniyeh, Imad Mughniyeh, a été éliminé en 2008 dans une opération conjointe de la CIA et du Mossad, selon les détails divulgués à Newsweek et au Washington Post cette année.

Mughniyeh, un haut-commandant du groupe, a été tué par une voiture piégée devant son appartement à Damas, en Syrie.

Il a été impliqué dans quelques-unes des attaques majeures du groupe terroriste, y compris celle de l’ambassade d’Israël à Buenos Aires en 1992, et du bâtiment de l’AMIA dans la capitale argentine en 1994, qui a fait 85 morts.

Le fils d’Imad Mughniyeh, Jihad Mughniyeh, a été tué, ainsi que plusieurs autres agents du Hezbollah et un responsable iranien, dans une frappe aérienne de Tsahal sur le plateau du Golan largement attribué à Israël.

L’AFP a contribué à cet article.